AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Le forum ouvre à nouveau ses portes. Bienvenue à tous dans cette nouvelle aventure pleine de nouveautés.

Partagez | .
 

 Déchéance [with Chapman et Shannon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aïtia Kovoläk

avatar



Messages : 229
Date d'inscription : 07/11/2010
Localisation : °~* Derrière Toi... *~°

Dossier du personnage
Age du personnage: 29 années supposées.

MessageSujet: Déchéance [with Chapman et Shannon]   Mar 15 Nov 2011 - 16:48


[HJ : post un peu long, mais y'a le flashback d'avant topic, le descriptif des lieux, ainsi que l'ambiance et donc le décort de planté. Je n'utilise avec une réelle serviabilité aucun Pnj, alors servez-vous en si vous le souhaitez ils sont là pour ça Wink]


[Appartement d'Aïtia, 23H47]


*Affalé dans son canapé, la jeune femme continua de zapper les chaînes sans rien trouver d’intéressant Les chaînes disponibles se comptaient par dizaine. Et pourtant, plus le temps passait et moins de choses intéressante semblaient diffusé. A croire que plus il y avait de choix, plus la qualité baissait. De fait, elle préféra mettre une chaîne musicale plutôt que rien et augmenta le son avant de se diriger vers la salle de bain. Un bain. Enfin elle pouvait se prélasser dans une eau bien chaude. Elle l'avait tant attendu, cet instant... Et quoi de plus normal ? Après presque deux semaines à bosser comme une dingue, c'était un droit qui lui revenait ; Du moins le pensait-elle. Mais comme d'habitude, son portable se mit à sonner en affichant « Numéro inconnu »... Soupirant, elle s'empara du cellulaire et l'approcha de son oreille avec une nonchalance bien réelle.*


- Hm ?... … … … Qu'est-ce tu veux, je bosses pas aujourd'hui. … … … … Tu fais chier bordel, ça fait trois fois de suite ! … … … … Okay c'est bon, j'arrives. Mais transmets-lui un message : elle est viré. 

*Blazé, la danseuse se servit un verre qu'elle descendit d'une traite, coupa la télé, puis se dirigea vers sa chambre pour se changer. A dire vrai, elle ne chercha pas tellement quoi prendre : elle s'empara des premières choses lui tombant sous la main. Elle fourra le tout dans un sac à dos, enfila sa combinaison sombre et jeta un œil à chaque pièce de son appartement : elle ne supportait pas de partir en laissant quoi que ce soit allumer. Son chien, quand à lui, tourna la tête comme s'il ne comprenait rien. Faut dire, elle ne s'était pas beaucoup occupé de lui ces derniers temps et il était clair que lui aussi avait attendu cette soirée avec impatience. Mais c'était raté. A nouveau, sa maîtresse n'avait faites qu'acte de présence et allait s'en aller telle une voleuse. Cette dernière regarda l'animal l'air dépité avant d'aller fouiller le frigo. Elle en sortie un plat, retira le film protecteur et le posa au sol juste devant. Mais ça ne sembla pas amadouer l'animal, qui se mit à « chouiner » tel un enfant.*

- Je sais mon beau, moi aussi ça me fait chier... Mais j'ai pas vraiment le choix pour cette fois.


*Elle caressa le chien puis se redressa, songeant qu'elle devrait se rattraper rapidement si elle voulait éviter que ce dernier massacre son appartement en guise de vengeance. Si certain affirmait que l'intelligence de la race était limité, alors lui devait sortir du lot. Et pour cause : à chaque fois que quelque chose – ou quelqu'un – le décevait, il mettait un bordel pas possible. Sans doute aussi pour ça, que la propriétaire vérifiait toujours chaque pièce avant de s'absenter : histoire de minimiser les dégats en cas de problème. Après un dernier regard à son salon et, pour ainsi dire, celui qui partageait sa vie, elle balança le sac à dos sur son épaule, attrapa son casque puis déserta...*




[Night club du Bloody Fairies, 00H24]

*Situé à l’extrême Sud-Est de la ville, le club était au cœur du quartier le plus pourrit qui soit. Non pas qu'il était bondé de mendiant et pauvres divers, mais plutôt que la racaille et toute sorte de gangsta's en avait fait leur territoire. Trafique en tout genre, agression, meurtre, cambriolage, règlement de compte,... Pour ainsi dire, les autorités elle-même avaient banni le quartier de leur registre et plus aucunes rondes ni expertises n'y était faites. Et pour cause : se balader ici en tant que flic, même en détective d'ordre privé, était synonyme de mort. Les lois étaient fondé par les « gros bonnet », et ce club... Ce n'était tout simplement pas pour rien qu'il était souvent surnommé le « Paradis des Hors-la-Loi ». Les plus gros trafiques s'effectuaient ici-même, et pas seulement en drogue : armement, femmes, alcool, informatique, mais aussi informations diverses. On pouvait, au final, à peu près tout y trouver. A une condition : pouvoir payer le prix réclamer. Alors, que faisait une femme comme Aïtia dans un lieu pareil ? Ne vous y trompez pas, elle n'était pas domestiquer et encore moins vendu aux hommes. Oh, bien au contraire en fait : c'était elle qui gérait à peu près tout ici. Ce n'était donc pas pour rien si elle se reposait rarement, et encore moins injustifié si on la réclamait lorsqu'elle essayait. Et si vous vous demandez comment une fille pareil à réussi dans un tel domaine, ne cherchez pas trop loin et relisez tout simplement son histoire. Finalement, il n'y a pas que du mauvais dans tout ça...*

*La jeune femme se passa une main dans les cheveux, alors que la pancarte de l'enseigne clignotait fébrilement. L'extérieur ne payait pas de mine avec ce mur délabré et fissuré de parts et d'autres. Il n'y avait aucune vitrine, aucune fenêtre : juste une porte massive gardé par deux hommes tout aussi important. Lorsque la danseuse s'approcha, ces derniers n'effectuèrent pas la fouille traditionnelle et s'écartèrent simplement. Celui qui la suivait, par contre, y eut le droit. Et pour suivre, il dû y laisser son portable et toute chose électronique qu'il portait. On lui laissa son flingue, et son couteau : tous connaissait la règle, il n'y aurait pas de bain de sang.*

*Aïtia poussa la porte. Aussitôt, l'intérieur du lieu parfaitement entretenu contrasta avec l'extérieur. A gauche se situait un bar, la musique diffusé n'éclatait pas les tympans et quelques jolies filles se déhanchaient avec plaisir sur leur podium. Des fauteuil, des tables, des canapés,... Et beaucoup de monde. Si certains observaient les femmes se dénudés dans des danses provocantes, la plupart d'entre eux discutaient affaire autour d'un verre. Surnom de ce lieu ? Salle des affaires, tout simplement. Mais la rouquine ne s'y attarda pas, et descendit directement les escaliers situés au fond. Après la vingtaine de marche une nouvelle porte se présenta à elle. Elle la poussa et, immédiatement, l'ambiance fut différente et comparable à celle d'une boîte de nuit. La musique lui résonna immédiatement dans le crâne mais elle n'y prêta guère attention. Elle la referma derrière elle, poussa la porte des toilettes pour femme, et commença à se changer. Tenue ? Mini-short en jean, bottes, Quelque chose qui fut autrefois un chemisier qu'elle avait retravaillé de façon à ce que chaque pan ne s'attache non pas par des bouton mais par un nœud qu'elle fit entre ses seins. D'ailleurs, ces derniers étaient au final la seule chose caché de la partie haute de son corps. Elle se regarda dans le miroir, se coiffa rapidement, mais sembla faire la moue. Elle oubliait quelque chose... Le chapeau ! Elle vida son sac. Le chapeau s'y trouvait, et c'était une chance que son cuir soit difficile à déformer. Ainsi, il retrouva rapidement sa forme initiale avant de finir loger sur la tête de sa propriétaire. Là, c'était parfait.*


- Allez, c'est partie..., lâcha-t-elle pour elle-même sans même l'ombre d'un sourire.

*En réalité, ce n'est que lorsqu'elle passa à nouveau la porte que son attitude redevint celle qu'elle avait toujours montré : celle d'une fille souriante, amicale, mais aussi séductrice. En somme : l'attitude d'une personne sachant profiter du présent et possédant une certaine joie de vivre. Elle commença à longer le bar, se dirigeant vers les loges privées... Mais ne put jamais atteindre la fin du chemin. Juste sur sa gauche, le barman et, en outre, celui qui l'avait contacté plus tôt dans la soirée l'avait déjà remarqué et l'appelait. La brune d'origine fit d'abord semblant de ne pas entendre, mais dû déclarer forfait devant tant d'insistance.*


- Allez au boulot ! Lui cria-t-il alors que, de mèche, le DJ changeait déjà la musique.

*Il s'attendait sans doute à ce que, comme d'habitude, elle rejoigne la scène principale. Ou à la limite, peut-être l'un des podiums solitaires qui étaient déjà occupé par des collègues. Mais elle n'en fit rien. A la place, elle afficha un sourire mesquin, attrapa le premier verre venu et grimpa sur le comptoir du bar sans se préoccuper de ceux qui y buvait déjà. Et de toute façon : aucun ne protesta et nombreux fut ceux qui l'observèrent dans ses déhanchement. Personne ne savait vraiment s'ils souhaitaient découvrir les secrets de son tatouage ou, à contrario, ceux de son corps. Tout ce qu'on savait, en fait... C'était qu'elle avait un succès énorme avec la clientèle.*

*Elle vida son verre d'une traite alors qu'elle se penchait en arrière, puis éclata le verre sur le comptoir alors qu'elle y occupait l'espace. Ceux qui la connaissait vraiment comprirent sans mal qu'il s'agissait là d'un signe d'énervement de sa part, les autres le prirent comme de la provocation additionner à sa séduisante danse. Mais c'était les premiers, qui avaient raison. Lorsqu'elle agissait ainsi, c'était pour faire comprendre qu'il valait mieux ne pas la chercher cette nuit et que, en outre, elle était plus que mécontente d'être là. Mais alors que tous attendaient le final avec impatience, l'ambiance fut troublé. Son nom fut crié à deux reprise, puis deux coups de feu successifs furent tirés. La musique s'arrêta aussitôt, et tous les regard se tournèrent vers le trouble-fait. Chose qui aurait pu paraître étrange pour les nouveaux clients, c'était sans nul doute que presque tous portèrent une mais sous leur veste ou au bas de leur dos : le réflexe de porter la main à une arme.*


- Poses ton arme, c'est un conseil, jeta calmement la danseuse.
- Espèce de sal...

*La phrase ne connut jamais de fin ; Alors qu'il levait son arme en direction de sa cible, plusieurs détonations se répercutèrent dans la pièce. Son corps se troua de part en part avant de tomber mollement sur le sol. Plusieurs clients dont le trouble-fête était situé dans leur ligne de mire, avait tiré une cartouche sans remord. Et une fois le type abattu, tous retournèrent à leurs occupations et la musique résonna de nouveau. Tout ça pouvait paraître étrange mais, ici, tels étaient les règles : sortez votre arme en public, et vous êtes mort. Aïtia elle, ne s'en préoccupa plus et continua de sourire. Elle ne reprit cependant pas la danse et, au lieu de ça, s'adressa aux clients à porter de voix.*

- J'offres la prochaine tournée !

*Ceux qui l'entendirent et qui possédaient déjà un verre le levère à sa santé, comme en guise de remerciement, puis le vidèrent avant de prendre une ration suivante gratuite. Celle qu'on aurait pu croire la proie sauta alors du bar. Un homme âgé la réceptionna avec une délicatesse presque surnaturelle au vue de ses rides. Aïtia lui adressa un sourire charmeur sans prendre en compte ne la cicatrice qui lui traversait le visage de part en part, ni l'oeil aveugle. Hunter. C'était ainsi qu'on surnommait ce type à la carrure imposante. Pourquoi un tel surnom, me diriez-vous. Première raison : personne ne connaissait son nom. Et seconde raison, tous savait que son boulot était similaire à celui d'un chasseur de prime.*

- C'était volontaire, pas vrai ? Lui demanda-t-il froidement.
- Tu crois ?

*Ce fut la seule réponse qu'il obtint. Une réponse avec un sourire si mesquin, qu'il était clair que c'était le cas. Mais il ne put en demander plus puisqu'elle s'éloigna en informant le barman que, si lucy désirait des clopes, elle devrait se servir dans sa loge. Aïtia elle s'accouda au bar et commanda un verre tout en observant -de loin c'est un fait, différent deal qui se poursuivait ici.*


Dernière édition par Aïtia Kovoläk le Dim 11 Mar 2012 - 8:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Chapman

avatar



Messages : 418
Date d'inscription : 23/10/2010
Age : 52
Localisation : Raccoon City

Dossier du personnage
Age du personnage:

MessageSujet: Re: Déchéance [with Chapman et Shannon]   Dim 20 Nov 2011 - 21:37

*Un verre de Whisky à la main, Louis – ou bien était-ce Aleksis ? – était accoudé à l’appui de fenêtre de son appartement qui donnait sur un petit parc à l’arrière du bâtiment dans lequel il logeait. Il n’y avait plus personne qui trainait dehors, faut dire que l’heure était déjà relativement avancée, mais l’agent double n’en avait cure. Matin, après midi, soir, quelle différence cela faisait désormais ?*

Il va être l’heure d’y aller mon petit Louis.
Est-ce que je pourrais passer une journée complète sans que tu viennes me parler ?
Louis, Je suis Toi, et Tu es Moi, tu ne pourras jamais rien faire contre cela, à moins que tu veuilles à nouveau te faire effacer la mémoire ?


*Louis ne répondit pas. Se faire effacer la mémoire ? Non merci, il avait déjà donné par le passé, une fois fut suffisant. Quoi qu’il en soit, comme pour confirmer les paroles qu’Aleksis lui avait glissé intérieurement, il but d’une traite son verre de Whisky, puis alla le déposa sur la table de la cuisine, il était presque l’heure d’y aller. Pour le dire très clairement, son alter ego, sa « partie » Aleksis Emerick – le vrai nom que ses parents lui avaient donné à sa naissance – le faisait chier. Bref, quoi qu’il en soit, Louis alla remettre son holster avec son Colt Python dedans, par-dessus lequel il enfila sa longue veste noir imperméable qui lui descendait jusqu’aux genoux. Il monta ensuite dans son alfa romeo et prit la direction de son lieu de rendez-vous.

Une vingtaine de minute plus tard, l’agent double arrivait sur les lieux de son rendez-vous : le Bloody Fairies. Les fées ensanglantées ? Très charmant… cette boite de nuit était située dans les bas fonds de Raccoon City, dans la zone où les flics avaient décidé d’arrêter toute intervention et de laisser les gens y vivant confrontés à eux-mêmes. Ca tombait bien, c’était exactement ce que les gens du quartier désiraient. Quoi qu’il en soit, Louis n’était pas spécialement un habitué de cet endroit, mais pour ses rendez-vous concernant des affaires un peu trop personnelles – entendez par là des histoires qu’il préférait laisser loin des S.T.A.R.S. ou d’Umbrella – c’était un excellent endroit.

Louis alla garer sa voiture tout près du Night Club. Il n’avait pas peur de laisser sa voiture là, le dernier qui avait essayé de la forcer, hé bien, il devait certainement encore être à l’hôpital en train de respirer par un tuyau. Il arriva près des deux sorteurs qui gardaient la porte d’entrée, l’un d’eux lui fit un bref signe de tête avant de commencer à le fouiller. Pas qu’il était spécialement connu, mais les types qui s’occupaient de l’entrée le reconnaissait et savait parfaitement qu’il ne venait pas ici pour s’amuser comme la plupart des gens, mais pour affaire. Après une fouille en bonne et du forme, l’homme originaire de Moscou se fit confisquer son téléphone portable, mais garda son Colt Python. De toute façon, il fallait être fou pour entrer dans cet endroit sans arme.

Une fois les portes d’entrées passées, Louis se retrouva dans la salle des affaires, c’était ici souvent qu’il retrouvait les personnes avec qui il faisait affaire, il n’allait que très rarement dans l’autre salle, là où c’était le Night Club à proprement parler. Il fit quelques pas lorsqu’il entendit une voix avec un très fort accent russe l’appeler.*


Ladislav : Aleksis ! Mon ami, cela me fait plaisir de te revoir !
- Combien de fois devrais-je vous dire d’arrêter de m’appeler ainsi ? répondit Louis en russe pour ne pas que les gens aux alentours puissent les comprendre.
Ladislav : Pardonne-moi, je déteste ce faux prénom de Louis, c’est si… hum… quoi qu’il en soit, continuons cette discussion en russe, y a beaucoup trop d’oreilles indiscrètes ces temps ci.

*Louis se contenta de hocher la tête, il préférait lui aussi mener cette discussion en russe. Il se dirigea vers la table la plus reculée, là où il avait l’habitude de mener ses affaires.*

Ladislav : Ho non pas aujourd’hui mon ami, venez, je nous ais réservé une loge dans l’arrière salle, on sera plus à l’aise pour parler business.

*Louis ne répondit pas mais sentit que tout ne se passait pas comme prévu. D’habitude, que se soit Ladislav ou bien ses autres contacts, ils menaient leurs arrangements dans cette partie du Night Club, le fait que Ladislav veuille aller autre part ne lui disait rien de bon. Quoi qu’il en soit, Louis suivit Ladislav et ses deux gorilles jusque dans la deuxième salle où l’ambiance fut complètement différente, ici, la musique hurlait à fond, des gens dansaient, picolaient, assistaient à des danses sensuels des filles sur les podiums etc… Mais Louis ne s’en préoccupa pas, il suivit Ladislav puis arrivé au milieu de la salle, il ne put s’empêcher de s’arrêter. Son regard s’arrêta sur une fille qui était en train de danser sur le comptoir, il la reconnu immédiatement : Aïtia Kovoläk. Louis l’avait rencontré durant l’affaire avec le Cartel Juarez et l’avait « aider » à échapper au Cartel. Cette fille n’avait vraiment pas eu de chance dans la vie, d’après ses souvenirs, elle avait été recueillie par le Cartel alors qu’elle n’était encore qu’une enfant, il pouvait facilement s’imaginer le genre d’enfance qu’elle a vécue…

La vue de cette fille fit remonter en mémoire un tas de souvenirs à Louis, notamment Dolores Vasquez, celle pour qui il s’était démerdé pour la sortir de l’enfer dans lequel elle s’était fourrée. D’ailleurs, durant cette affaire, Louis avait apprit un tas de renseignement sur Dolores, notamment son vrai nom et plein d’autre chose encore, ais par respect pour elle, il s’était juré de ne jamais dévoilé quoi que se soit. D’ailleurs, il se demandait bien où elle était maintenant, sachant les problèmes irréversibles qu’elle avait… Durant quelques secondes, les regards de Aïtia et Louis se croisèrent, bien que ce dernier portait ses lunettes de soleil, cette dernière devait certainement avoir comprit qu’il la regardait, vu qu’elle soutint son regard pendant une poignée de seconde, avant de finalement éclatée le verre qu’elle avait sur le bar. Elle était en train d’effectuée une danse assez… exotique dirons-nous ? Une question travaillait tout de même l’agent double, comment cette fille s’était-elle retrouvée dans cet endroit ? Peut-être que cela faisait longtemps qu’elle était à Raccoon City, mais il faut dire qu’il n’avait jamais tenté de prendre des renseignements sur elle plus que nécessaire.*


Ladislav : Aleksis ?
- J’arrive.

*Quittant finalement Aïtia des yeux, Aleksis suivit Ladislav dans une des loges, sans faire attention aux échanges de coups de feu qui venait d’y avoir, ce genre de chose étant régulier dans cette boite de nuit. Lorsqu’il arriva dans la loge, Aleksis remarqua qu’une fille était en train de danser sur le podium privé, Ladislav alla s’assoir sur le sofa deux places en face de cette dernière et les deux gorilles se tinrent à l’entrée, ne laissant ainsi personne entré… ni sortir. Ce dernier invita Louis à s’assoir, au même instant, son « alter égo » se manifesta.*

Ca sent mauvais Louis, fais attention.
Je n’avais pas besoin que tu me l’indique pour que je le remarque.


*Louis s’installa donc à coté de Ladislav, cet homme faisait en réalité partie de la mafia Russe, l’une des plus puissantes dans son pays, il était en fait le numéro 3 de sa Bratva. Il ne fallait pas se laisser avoir par son air joyeux et bon vivant, il était ainsi avec Louis uniquement car ce dernier l’avait aidé lors de l’affaire Prophète y a quelques temps. Depuis, ce dernier l’appelait régulièrement lorsqu’il avait besoin de certaines informations qu’il ne pouvait pas se procuré autrement. Louis et Ladislav reprirent leur discussion en russe.*

- As-tu les informations que je t’ais demander Ladislav ?
Ladislav : Hola hola, doucement, profitez de cette beauté, et goutez un peu ça, je l’ai amenée spécialement de Russie.

*Ladislav offrit un verre de vodka pure à Louis. Avec le Whisky, c’était l’alcool que Louis buvait le plus. Il prit le verre et le vida d’une traite. Ce dernier étant particulièrement très résistant à l’alcool, cela ne lui fit rien.*

- Alors ?
Ladislav : Doucement Aleksis… pour commencez, j’aimerais qu’on discute un petit peu.
- Discuter de quoi ?
Ladislav : Lorsque tu m’as demandé des renseignements sur cette personne, j’ai contacté O’Donnovan…

*Louis sentit une bouffée de chaleur s’emparer de lui. Sterchelei O’Donnovan, certainement la personne la plus manipulatrice que Louis ai connu. Ce type de la Spetsnaz était en contact avec toutes les agences, mafia etc… imaginable, que ces groupuscules soient officiels ou non. Immédiatement, Louis interrompit Ladislav.*

- Ladislav, fais pas l’idiot s’il te plaît.
Ladislav : Laisse-moi finir Aleksis, déjà, son ton s’était fait beaucoup plus menaçant, à en croire ta réaction, je suppose que ce qu’il m’a dit était vrai.
- Ne fais pas confiance à ce type.
Ladislav : Ca, se sera à moi d’en juger. Grigor…

*Louis sentit alors une main se poser sur son épaule, Louis savait que Ladislav ne lui voulait pas de mal, mais il ne pouvait pas se permettre de subir un interrogatoire un peu plus poussé ailleurs, il attrapa alors la main du gorille et d’un geste sec, lui cassa. Aleksis vit alors l’autre garde du corps vouloir sortir son arme, il attrapa la bouteille de vodka en une fraction de seconde et la lança à la tête de son assaillant, l’éclatant en morceaux, le gorille, quand à lui, tomba au sol, sonner par le choc. Ladislav voulu alors sortir lui aussi son arme mais Aleksis l’en empêcha en lui donnant une droite qui l’envoya aussitôt au pays des rêves. Grigor voulut revenir à la charge en frappant l’agent double mais esquiva son poing sans problème puis il lui décocha un coup de pied à la nuque qui l’envoya valser contre le mur, le mettant lui aussi ko. La danseuse, quand à elle, avait déjà filée, de peur de se faire prendre dans la bagarre. Bah, elle devait être habituée aux bagarres par ici.

Louis quitta alors la loge, traversant à nouveau la salle. Dommage, Ladislav faisait un très bon contact, mais il doutait qu’après ce qui venait de se passer, il veuille encore faire affaire avec Aleksis. Lorsque ce dernier arriva au milieu de la salle, il remarqua à nouveau Aïtia, accoudée au bar. Louis s’approcha alors du bar et vint s’accoudé à ce même bar, à environ un ou deux mètre de la jeune fille. Il commanda un Whisky puis, après avoir bu une gorgée de son alcool, lâcha quelque chose à l’attention de Aïtia.*


- Pas mal du tout la danse de tout à l’heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shannon matthews

avatar



Messages : 425
Date d'inscription : 04/11/2011
Age : 31
Localisation : Raccoon City

Dossier du personnage
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: Déchéance [with Chapman et Shannon]   Mar 29 Nov 2011 - 9:27

*Shannon n'avait pas eu de chance cet après midi, elle avait vu une annonce qui disait recherché une vendeuse mais lorsqu’elle se présenta la directrice lui dit qu'elle ne correspondait pas a ce qu'elle recherchait mais la directrice avait regardait Shannon de la tête au pied et cette dernière comprit que sa tenue vestimentaire poser problème . Elle arborait depuis la mort de sa jumelle et de son âme soeur , des tenue qui se rapprochait plus au look gothique qu'a une tenue normale. Non qu'elle faisait le deuil,car ça c'était plus dans la tête que cela se faisait, elle s'habillait comme ça pour faire comprendre aux gens que plus ils s'éloignait d'elle et mieux elle s'en porterait. Elle ne voulait pas connaitre les gens et encore moins les aimer, elle n'avait plus cette passion qu'elle avait avant dans ses yeux mais on y voyait de la colère et de la tristesse. *

*Puis elle avait marchait toujours a la recherche de son meurtrier, en demandant au gens dans la rue si il ne l'avait pas croiser. Puis alors qu'elle demandait a un disquaire, l'homme lui dit qu'il savait des qu'une nouvelle famille s'installait ici car il connaissait pas mal de personnes et que du coup elles lui racontait tout ce qui se passait en ville. Il lui dit qu'il connaissait quelqu'un qui pourrait peut etre l'aider. Il l'appela au téléphone, puis au bout de quelques minutes il raccrocha.Le disquaire lui dit ou elle pourrait le trouver.*

-Vous le trouverez dans un night club,attendez je vais vous ecrire sur un papier le nom de la boite. Comme ça vous ne l'oublierais pas!

-Merci, c'est gentil, répondit Shannon

-J'espere que vous trouverez cette personne!

*Et il lui tendit le papier, elle le prit le mit dans sa poche, remercia le disquaire et partit. Elle regarda le bout de papier ou y était griffoné "Night club du Bloody Fairies rend toi la bas sur les coups de minuit et il devrait etre la. Elle regarda sa montre, il était six heures de l'apres midi, donc elle avait le temps de rentrer se doucher, se reposer un peu, manger un bout et y aller.*

*Il était onze heures et demie et Shannon prit ses affaires et partit en direction du night club. Elle s'était préparé et comme elle ne savait pas c'était quel genre de boite, elle avait mit une tenue décontractée mais sexy, ce qui lui allait tres bien. Elle arriva devant la boite, déja que le quartier ne lui donnait pas trés envie, heureusement qu'elle ne s'était pas habillé trop sexy. La pancarte clignottait fébrilement et Shannon trembla aussi. Elle n'esperait pas etre tombé dans un endroit mal famé. Elle vit deux colosse devant elle, les dévisagea et voulu leur demander de la laisser passer mais il ne lui en laisserent pas le temps.*

-Bonsoir, veuillez nous donner toute vos affaires electronique que vous possedez!

-Euh... j'ai un téléphone portable.

-Donnez le! Vous avez une arme aussi? la questionna t-il

-Euh...non!dit-elle toute tremblante

-Bon vous pouvez y allez! lui répondit-il

*Shannon rentra dans la boite, en resserant son blouson sur elle. Elle regrettait d'étre venu par ici mais maintenant qu'elle y était elle ne pouvait plus faire marche arriere. L'interieur de se Night club était certes pas comme l'exterieur mais on ne s'y sentait pas en securité non plus.Bon c'était un night club donc des gens discutaient d'autres observaient les femmes qui y dansaient. Shannon elle se dirigea vers le bar, autant commençait quelque part. Une femme qui était monter sur le bar et qui dansait alors que des hommes la regardait.*

Je ne pourrais jamais faire ça! pensa t-elle

*La femme but un petit verre d'un liquide blanc puis le jeta sur le comptoir. Shannon allait pour s'approcher du bar quand elle entendit un homme hurler, des coups de feu se firent entendre quand a la musique, elle stoppa net. Shannon c'était recroqueviller sur elle meme, en entendant les coups de feu, et resta prostrée comme ca. Elle entendait la femme qui conseillait celui qui avait tiré mais il ne pu jamais finir sa phrase que d'autre coup de feu retentit. Puis la musique se remit en marche, un homme aida Shannon a se relever car elle avait tellement eu peur qu'elle ne reussissait pas a se relever. La femme offra une tournée générale pour tout le monde et donc Shannon eu son verre gratuit, elle avait commandé un cocktail sans alcool.Puis elle demanda au barman si il avait apercut un homme.*

-Excusez moi, vous avez vu un homme qui ne viendrait que récemment ici?

-Ma jolie, beaucoup d'hommes sont nouveaux ici! répondit le barman

-Euh...oui mais il est plutot jeune, et il vit en ville depuis peu!dit Shannon a le femme

*Le barman lui répondit qu'il y'en avait un qui venait tout les soirs et qu'il lui avait dit s'etre recemment installé en ville. Alors Shannon ce dit qu'il fallait attendre un petit peu, et patienta au bar en sirotant son cocktail en attendant que l'homme arrive.*

Faites qu'il vienne faut que je lui parle.pensa t-elle^


HJ : Je voulais m'excuser du retard mais je ne trouver plus l'inspiration, j'espere que vous comprendrez. Et j'espere que c'est cohérent .



Dernière édition par shannon matthews le Lun 12 Déc 2011 - 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aïtia Kovoläk

avatar



Messages : 229
Date d'inscription : 07/11/2010
Localisation : °~* Derrière Toi... *~°

Dossier du personnage
Age du personnage: 29 années supposées.

MessageSujet: Re: Déchéance [with Chapman et Shannon]   Mar 29 Nov 2011 - 21:24

*accoudé au bar tel un déchet de la société, la jeune femme regardait son verre sans réellement s'y intéresser. Lorsque son collègue – oui collègue, car elle ne s'est jamais considéré supérieur aux autres – l'avait appelé plus tôt dans la nuit, elle n'avait pas vu les choses autrement. Alcool, danse. Alcool, ennuie. Ennuie, alcool... oui, les choses juste dans cet ordre. Ces derniers temps, bien qu'aimant son travail la rouquine n'avait pas vraiment le cœur à l'ouvrage, comme l'on dit. Tout n'était devenu qu'apparence, un reflet sans profondeur qu'elle savait fort heureusement masquer de par sa maîtrise des choses. Mais ce soir encore, son esprit était ailleurs. Celui qu'elle surnommait bien ironiquement « cow-boy » serait chez elle d'ici une semaine. Pas plus, pas moins. Et rien n'était prêt. Elle avait bien commencé les préparatifs, bien entendu, mais avait du répondre à une toute autre demande au passage. De fait, elle s'était complètement éparpillé. Oh certes, elle avait l'habitude de mener plusieurs fronts à la fois. Mais sûrement pas autant. Et ce que « Kernam » lui demandait... C'était du délire complet. Jamais la commande ne serait prête à temps, c'était certain.*

*Blasé fut sans nul doute le meilleur mot pouvant décrire l'ancienne « esclave » en cet instant. Oui, c'était ça. Elle était complètement las des événements sans pour autant laisser son état transparaître. Ah, la manipulation... Un doux parfum de pouvoir souvent connut des femmes. En ce qui concernait Aïtia, elle était passé maître en la matière depuis bon nombre d'années déjà. Après tout, cela avait été sa seule véritable arme pour s'en sortir alors... ce n'était pas pour rien, si elle y tenait.*


- Pas mal du tout la danse de tout à l'heure.

*Réaction de l'interlocutrice : un sourire. Ses lèvres s'étirèrent lentement dans un fin sourire bien loin de l'abusif dont elle savait faire preuve. Nul besoin d'un regard, elle savait déjà de qui il s'agissait. La voix suffisait, après tout elle était aussi personnelle et unique que nos gènes. Fidèle à son être, elle descendit son verre d'une traite avant de le faire glisser sur le comptoir, juste en direction de l'un des barmans. Mais ce dernier n'eut pas sa réaction habituelle ce qui surprit un instant la jeune femme. En effet, au lieu de la resservir et de lui renvoyer le verre de la même façon, il s'en saisit et se dirigea vers la propriétaire une expression sévère plaqué sur le visage. Tout en fixant ce dernier, la danseuse intercala une seule phrase à l'intention de « l'homme à lunette » avant d'écouter ce que son collègue avait à dire.*

- Mais t'es pas là pour ça, pas vrai ? Lança-t-elle dans un sourire.

- Hey, on à quelqu'un qui fait clairement une recherche là-bas, lui glissa le barman en lui indiquant la personne.

- Flic ?

- Je dirais bien non vu son attitude global, mais tu devrais faire gaffe.

- T'inquiètes mon grand... Je m'en occupe
, rétorqua la jeune femme désinvolte avant de reprendre parole auprès de l'autre interlocuteur. Bien, je suis de bonne humeur ce soir, alors commençons. Suis-moi... Enfin si t'as quelque chose à me demander, bien sûr !

*Direct, comme de toute façon elle avait coutume de l'être lorsqu'elle parlait « affaire », la jeune femme se dirigea vers celle qu'elle surnommerait pour le moment « l'intruse » à cette soirée. Cette dernière était d'ailleurs habillé plutôt sexy, ou disons du moins dans une tenue qui lui allait à merveille. Mais elle semblait... Apeuré ? Oui, c'était le mot. Un instant, la rousse eut l'image d'un petit chaton abandonné qui lui traversa l'esprit. Drôle de comparaison ? A voir. Mais si elle était faisable pour cette fois, il ne fallait pas oublié qu'un chat pouvait parfois se montrer aussi agressif qu'imprévisible. C'est donc souriante et chaleureuse qu'elle se dirigea vers ce dit « chaton ».*

- Vous n'êtes pas une habitué, pas vrai ? Ça se voit ! Mais suivez-moi donc, je vais vous montrer un endroit plus... accueillant. En tant que nouvelle, vous ne devriez pas commencé par ici. Et puis... il paraît que vous cherchez quelqu'un ? Je peux sûrement vous aider !

*Toute décontracté, Aïtia adressa un grand sourire à « l'intruse » avant de lui commander de la suivre dans un simple mouvement de tête. Là, sans se retourner une seule fois pour vérifier si l'un des deux « énergumènes » la suivait, elle se fraya un chemin juste à la limite du bar et de la piste en répondant de temps à autre à quelques salutations d'un simple hochement. Là, elle traversa la salle et se dirigea vers ce qui semblait être un épais rideau à double pans. Lorsqu'elle poussa ce dernier une lumière tamisé inonda son visage puis son corps tout entier. La salle était plutôt vaste et disposait d'une table de billard. Mais ce n'est pas vers ce dernier qu'elle se dirigea, plutôt vers la table de poker. Là, elle s'installa à un bout, indiqua une chaise sur la droite à « l'intruse » puis une autre chaise à l'autre bout de table pour l'homme qu'elle connaissait déjà.*

- Bien. Aleks' (louis), si tu gagne cette partie je répondrais à deux questions. Et peu importe si je n'ai pas de réponse à fournir, elles compterons quand même. La jeune... Dame ?... ici présente sera notre croupier, indiqua-t-elle en faisant signe à cette dernière de distribuer les cartes. Mais si je gagnes, c'est à une demande de la Demoizelle que je répondrais (shannon).

*Toujours aussi souriante, Aïtia attendit patiemment que les cartes lui soit distribuer. Aucun changement d'attitude ou tic nerveux ne fut perceptible lorsqu'elle observa ses cartes : As de carreau, dix de trèfle. Rien d'extravagant, mais il y avait tout de même un as. Loin d'être découragé, la rouquine observa alors son adversaire histoire de déceler quelconque réaction...*


[HJ : bon je vous ais fait suivre mon personnage, j'espères que vous ne m'en voudrez pas (si ça gène j'éditerais au besoin). De même, louis je te laisses choisir tes cartes et Shannon je te laisses choisir les sorties (flop, turn, et river) [PS : pas de relecture sur ce coup alors désolé d'avance pour les fautes]]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Chapman

avatar



Messages : 418
Date d'inscription : 23/10/2010
Age : 52
Localisation : Raccoon City

Dossier du personnage
Age du personnage:

MessageSujet: Re: Déchéance [with Chapman et Shannon]   Dim 11 Déc 2011 - 17:10

*Aïtia se contenta d’un simple sourire suite à la remarque d’Aleksis. Elle n’avait pas eu besoin de le regarder pour savoir qui c’était. Après tout, vu les circonstances dans lesquels ils s’étaient rencontrés, l’un comme l’autre n’étaient pas près de s’oublier. Quoi qu’il en soit, l’agent double vida son verre de Whisky d’une traite avant de faire un signe au barman pour lui vider un autre verre. Entre temps, il avait remarqué la présence d’Hunter, il ne le connaissait pas personnellement mais de réputation, c’était un chasseur de prime qui s’intéressait bien souvent à du gros gibier. Mais ce n’était pas le seul ici présent à être dans ce business, en effet, plusieurs personnes dans cette salle attendaient le moindre faux pas de type comme Louis pour le descendre, et ainsi, ça rapporterait un gros pactole auprès de certaines personnes.

Le barman servit un autre verre à l’homme d’origine russe. Avant de commencer à boire l’alcool, Aleksis se perdit dans la contemplation du liquide, ses pensées vagabondant loin de cette salle. En y pensant, cela faisait combien d’année qu’il n’avait plus été bourré ? Si longtemps… il n’en était pas certain, mais il soupçonnait son Virus d’avoir la propriété d’éliminer l’alcool dans son sang afin qu’il reste sobre. Certes cela pouvait être un sacré avantage, picolé jusqu’à plus soif mais rester tout de même sobre, mais pour lui, qui aimerait de temps en temps savoir oublier toutes les merdes qui l’entourent, c’était plus un inconvénient qu’autre chose. Cependant, Aleksis fut ramener très vite à la réalité par les paroles de Aïtia.*


Aïtia : Mais t'es pas là pour ça, pas vrai ?

*A son tour, Louis se contenta d’un simple sourire naturel, inutile de le préciser, elle savait très bien que ce dernier ne venait pas dans des endroits pareils pour le plaisir et que ça avait toujours un lien avec ses « affaires ». Leur début de conversation fut alors interrompu par le barman qui indiqua quelqu’un de suspect dans la salle. L’agent double eu alors la pensée comme de quoi tout le monde dans cette salle était suspect dans quelqu’un chose. Rien que le fait que les flics ne faisaient même plus de descente dans ce quartier de la ville montrait à quel point il était peu fréquentable.*

Aïtia : Bien, je suis de bonne humeur ce soir, alors commençons. Suis-moi... Enfin si t'as quelque chose à me demander, bien sûr !

*Inutile de répondre, Aïtia était une femme qui était au courant d’à peu près tout ce qui se passait dans cette ville, et même autre part, elle aurait bien toujours quelque chose pour lui.*

Tu crois franchement qu’elle va te donner des informations sur ce que tu veux sans rien demander en retour ?
Non, mais ça vaut la peine d’y aller, tout dépendra de ce qu’elle demande en retour.


*Louis but son verre de Whisky d’une seule traite avant de le reposer sur le comptoir et de suivre la rouquine. Il fallait dire ce qui était, Aïtia était sexy, fallait être aveugle pour le nier, cependant, il savait très bien comment elle utilisait ses charmes pour parvenir à ses fins ce qui faisait qu’il restait toujours sur ses gardes lorsqu’ils se trouvaient dans la même pièce, il n’avait pas confiance en cette femme. Enfin, c’était paradoxal, car les gens en qui Louis avait réellement confiance se comptaient sur les doigts d’une main.

Quoi qu’il en soit, Louis suivit la jeune femme jusqu’à la « suspecte ». En l’observant brièvement, on pouvait voir qu’elle n’était absolument pas à l’aise dans cet endroit. Qu’est-ce qu’une fille pareille pouvait venir faire dans un endroit aussi peu fréquentable ?*


Aïtia : Vous n'êtes pas une habitué, pas vrai ? Ça se voit ! Mais suivez-moi donc, je vais vous montrer un endroit plus... accueillant. En tant que nouvelle, vous ne devriez pas commencé par ici. Et puis... il paraît que vous cherchez quelqu'un ? Je peux sûrement vous aider !

*Mais quel cinéma… elle en rajoutait énormément là, ça se voyait qu’elle avait dut faire pour survivre dans le Cartel. Enfin, vu la vie qu’elle a eu là bas, qui pourrait lui en vouloir très sérieusement ? Bref, quoi qu’il en soit, Louis suivit à nouveau la rouquine jusqu’à une nouvelle pièce qui ressemblait à une salle de jeu, une lumière tamisée inondait celle-ci. Elle se dirigea immédiatement vers une table de poker. Aleksis comprit ce que la rouquine voulait, il était près à jouer le jeu mais il avait toujours difficile à croire qu’elle ne demanderait rien en échange. Elle lui indiqua ensuite une chaise à l’opposée de là où elle s’était assise. Il y prit place, attendant la suite.*

Aïtia : Bien. Aleks', si tu gagne cette partie je répondrais à deux questions. Et peu importe si je n'ai pas de réponse à fournir, elles compteront quand même. La jeune... Dame ?... ici présente sera notre croupier. Mais si je gagne, c'est à une demande de la Demoizelle que je répondrais.

*Aleksis se décida à jouer le jeu, mais d’abord, il devait s’assurer de quelque chose. Il parla donc à Aïtia – en russe, afin que la jeune croupière ne comprenne pas – et afficha au passage un petit sourire naturel, lui faisant donc comprendre qu’il acceptait de jouer le jeu.*

- Si je gagne hein… mais si c’est le cas, j’ai du mal à croire que tu me donneras des informations sans rien demander en retour…

*Après quoi il regarda la croupière, il avait retrouvé son expression faciale éternellement neutre et professionnel. Lorsqu’elle distribua les cartes, avant de regarder les siennes, il fixa la rouquine aux travers de ses lunettes de soleil, attendant de voir si elle avait ne serait-ce qu’une réaction. Avec un bon bluff et une bonne analyse de son adversaire, il était facile à ce jeu de connaitre le contenu des cartes des autres joueurs. Mais avec Aïtia c’était différent, elle ne se trahirait jamais comme ça, tout comme Louis. Il regarda ses cartes : un Roi de Cœur et un Dix de Cœur. Y avait moyen de faire quelque chose avec ça… suffit de voir ce que la croupière va sortir comme carte, le mieux serait une suite, mais fallait pas trop compter dessus.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shannon matthews

avatar



Messages : 425
Date d'inscription : 04/11/2011
Age : 31
Localisation : Raccoon City

Dossier du personnage
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: Déchéance [with Chapman et Shannon]   Mer 14 Déc 2011 - 17:58

*Shannon attendait au bar en sirotant un cocktail mais elle n'était pas a l'aise depuis le coup de feu. Et on pouvait lire sur son visage la peur d'être dans un endroit pareil. Mais elle essayait de faire comme si tout aller bien et puis le barman lui avait dit qu'il y avait un homme qui venait tout les soirs mais etait-ce celui qu'elle recherchait, elle ne le savait pas et il fallait qu'elle soit patiente pour en avoir la reponse. Alors elle pencha la tete dans son cocktail pour y noyer ses pensées.*

*Puis elle entendit une voix.*

- Vous n'êtes pas une habitué, pas vrai ? Ça se voit ! Mais suivez-moi donc, je vais vous montrer un endroit plus... accueillant. En tant que nouvelle, vous ne devriez pas commencé par ici. Et puis... il paraît que vous cherchez quelqu'un ? Je peux sûrement vous aider !

*Au debut elle ne releva pas puis elle l'avait entendu tellement de prés que cette voix ne pouvais que lui parler. Alors elle releva la tete et vit une femme rousse avec un short, un genre de chemisier et des bottes. Puis elle vit un homme qu'elle détailla comme elle venait de le faire avec la femme. Il avait un long pardessus mais elle ne voyait pas le reste de ses habits. Puis la femme souria a Shannon puis elle incita cette derniere a la suivre d'un simple mouvement de tete. Shannon suivit cette femme, elle ne savait pas pourquoi elle ne pouvait pas lui poser sa question a ce bar mais bon elle suivit quand meme la femme et elle vit que l'homme les suivaient aussi, elle esperait ne pas tomber dans un piege. Mais arriver a destination, elle vit une salle de jeux apperement avec des lumieres tamisés et une ambiance plus calme qu'au bar.*

*La femme se dirigea vers une table avec un tapis vert, la femme s'asseya et proposa une chaise a sa droite pour Shannon et une autre au bout de la table pour l'homme. Elle ne savait pas a quoi ça rimer tout ça jusqu'à ce que la femme expliqua le principe.*

- Bien. Aleks', si tu gagne cette partie je répondrais à deux questions. Et peu importe si je n'ai pas de réponse à fournir, elles compterons quand même. La jeune... Dame ?... ici présente sera notre croupier. Mais si je gagnes, c'est à une demande de la Demoizelle que je répondrais.

D'accord,se dit-elle

*Shannon comprit qu'ils allaient jouer au Poker, mais elle n'y avait jamais jouer, elle avait juste vu à la télé . Bon elle savait qu'il fallait pour commencer distribuer deux cartes a chaque joueur. Mais avant qu'elle ne serve, l'homme parla dans une autre langue a la femme rousse et Shannon ne comprenait rien. Elle se dit que ca devait etre fait expres. Puis elle distribua et vit les deux personnes se regardaient comme si il essayait de deviner leur pensées. Puis elle mit trois cartes sur le tapis qu'elle retourna, il s'agissait d'un quatre de carreau, d'un neuf de pique et d'un six de coeur. Alors elle attendit de voir la réaction des joueurs. Mais elle été surprise car pour l'instant il n'y avait pas de jeu mais tout dependait de ce qu'avait comme jeu entre les mains les deux joueurs*

HJ : donc pour les deux autres cartes je les mettrais dans mon autre post comme ça vous jouerez un peu plus sur la psychologie de votre personnage, enfin si ça vous interresse ou sinon dite moi le et j’éditerais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aïtia Kovoläk

avatar



Messages : 229
Date d'inscription : 07/11/2010
Localisation : °~* Derrière Toi... *~°

Dossier du personnage
Age du personnage: 29 années supposées.

MessageSujet: Re: Déchéance [with Chapman et Shannon]   Ven 4 Mai 2012 - 22:00

*Un instant, la danseuse s'autorisa à égarer ses pensées. Elle se demanda si, tout en jouant, Aleksis réfléchissait aux questions qu'il poserait ou bien s'il était entièrement concentré sur les cartes et improviserait le moment venu... Elle était en fin de compte curieuse de savoir les réclamations de cet homme. Se porteraient-elles sur une connaissance qu'ils avaient en commun, ou bien lui-même ? Concerneraient-elles une expérience particulière, ou bien un projet complet ?... Ou peut-être un but, une mission ?... Allez savoir ! Aïtia avait certes une petite idée là-dessus, la vie réservait parfois bien des surprises. Et les gens aussi, en somme... Mais de toute façon, qui a dit qu'il gagnerait, en fait ? Absolument personne. Rien n'était vraiment joué, à moins que l'inconnue servant les cartes soit magicienne ou arnaqueuse professionnel dans le domaine concerné. Ce qui, aux vues de son attitude, était fort douteux... Mais peut-être tout cela n'était-il là encore qu'apparence ?... Peu importe. En attendant, on verrait bien les jeux servis.*

*Lorsque l'improvisé croupière dévoila le flop, autant dire que la jeune femme fut carrément déçut. Quatre, neuf, et six dépareillé ? C'était quoi, ce tirage de bas étage ?... Franchement, la rouquine faisait bien pâle figure avec son dix et son As. Elle n'en montra rien, c'est un fait. Mais intérieurement, autant dire qu'elle avait envie de sauter à la gorge de l'intruse pour lui faire cracher de meilleures cartes... Manipulatrice, elle conserva pourtant son calme. Elle montra une seule et unique chose : elle ne jouerait sûrement pas au bluff et, de fait, elle ne chercha même pas à connaître les cartes suivantes... Elle posa les siennes sur la table face caché avant de les faire glisser vers la brune. Non, vraiment, ce n’était pas sa soirée.*


– Si tu pouvais donner meilleur jeux, ce serait bien...


*Ceci étant dit, elle reporta son attention sur Louis et patienta les cartes suivantes, tranquillement... Et à nouveau, ce ne fut pas franchement génial : deux de pique, cinq de pique. A moins d'avoir une chance monumentale au flop, autant dire qu'elle partait avec bien peu de chances de son côté sur cette manche. Elle décida malgré tout de suivre pour voir les premières cartes et se cala sur la mise adverse. Qui sait ? L’audace pouvait parfois payer… Même si elle n’y croyait pas vraiment. Depuis le début de la soirée, les problèmes s’enchainaient et sa seule chance était de les voir sans véritable conséquence. D’ailleurs, en parlant de ça… La main qui ouvrait le pan de tissu épais témoignait que, à nouveau, la rousse ne serait pas tranquille. Elle l’avait d’ailleurs si vite comprise qu’elle laissa sa tête aller en arrière dans un ultime soupir, comme exaspéré par pareils évènements.*

- Lily (prononcé aïe à la fin) est toujours pas arrivée, commença-t-il avant de se répondre à lui-même en voyant l’expression d’énervement sur sa patronne. Je vais combler avec Mad’ en espérant qu’elle ne déchaine pas trop la clientèle.

- Fais donc ça, et dégages.

*Mad’, une brune à la peau bronzée et aux traits fortement typés, était généralement présente pour clôturer les soirée en un magnifique feu d’artifice. Et quel feu… cette femme réveillait tant le plaisir des hommes, que ces derniers parvenaient rarement à rester en place. En d’autres termes : l’envoyer signifiait souvent facture de réparation. La règle de ne pas toucher les danseuses était pourtant dans le règlement interne du lieu, et tous étaient sensé le connaître. Ou pas ? En tout cas, les employés eux le connaissait par cœur ; c’était dans leur intérêt. Alors autant dire que, lorsqu’un homme portait la main sur la surnommé Mad’, les choses pouvaient très rapidement tourner au vinaigre. Surtout que cette dernière n’était certainement pas du genre à se laisser faire…*


- Ah j’allais oublier ! Y’a Kern’ au tel’ qui…

- Envoie là chier, j’ai rien pour elle.

- Elle se doutait de pareil réponse, elle m’a juste demandé de te dire « qu’elle allait voir Nexhep ».

- Passes-là sur ma ligne,
renvoya finalement la rouquine après s’être résigné.

- Comme si c’était fait !

*L’espace d’un instant, l’expression d’Aïtia était devenue celle d’un véritable croque-mitaine : sombre, haineuse, à la limite d’annoncer la mort prochaine de ses interlocuteurs. C’est clair, elle n’avait pas apprécié le dérangement ; et encore moins la raison ! Mais… Les devoirs de sa place ainsi que son job’ ne lui laissaient pas tellement le choix. Ainsi donc, elle posa ses cartes face caché sur la table avant de se lever de sa chaise. Elle contourna doucement la table avant d’errer jusqu’au bar de la pièce pour y saisir une bouteille. Son bras commença à se tendre vers un verre… Puis s’arrêta à mi-chemin, comme arrêté par le temps lui-même.*

- Oh, et puis merde. Faudra bien ça pour digérer la suite, marmonna-t-elle pour elle-même tout en s’éloignant avec la bouteille.

*Arrivée à l’encadrement de la porte, la russe se tourna vers les deux convives qu’elle laissait inévitablement en plan. Elle hésita un instant sur ses mots puis, finalement, un sourire vint étirer ses lèvres : ces deux-là ne tricherait pas. C’était certain étant donné les règles du jeu qu’elle avait posée plus tôt.*


- Profitez-en pour faire connaissance !

*Elle les laissa tout deux ainsi sans rien dire de plus. En toute logique, l’affaire serait de toute façon vite réglée. Quoi que… Avec la personne qui l’appelait, c’était comme on dit « tout ou rien ». plus souvent rien que tout, mais sait-on jamais : avec les évènements de la soirée, Aïtia ne serait franchement pas étonnée d’avoir à nouveau un contretemps…*



[ELLIPSE TEMPORELLE : 28 minutes]



*Lorsque celle aux origines russes réintégra le bâtiment, autant dire qu’elle ne cherchait pas à feinter son humeur. Aucune trace de sourire ni de malice dans son regard : simplement un énervement profond mêlé à une lassitude tout aussi extrême. Avec une pointe de mépris, sans doute. Celle qu’elle venait de croiser pour la énième fois dans sa vie allait finir par la tuer, c’était clair. Jamais elle ne pourrait se reposer avec ce qu’elle venait de lui confier comme boulot supplémentaire. Franchement ! Elle regrettait parfois de l’avoir connue… Quoi que, non en fait. Bien au contraire. Mais disons qu’elle aurait aimé, ne serait-ce que par défaut, avoir un peu plus de temps libre et de tranquillité. Le seul point positif, dans tout ça, était sans doute qu’elle reverrait Dan sous quelques jours à peine…*

*cette perspective raviva un peu son tempérament fougueux. Un sourire s’étala à nouveau sur son visage tandis qu’elle traversait la première pièce. Lorsqu’elle s’engouffra dans la seconde, Mad’ s’occupait encore et toujours des festivités. Visiblement, les absences de cette nuit lui refilerait pas mal d’heures sup’ mais elle ne s’en plaignait pas – au contraire. La rouquine ne s’attarda pas plus sur le sujet mais observa toute fois les alentours : rien de méchants pour le moment. Seul quelques débris de verre s’étalaient non loin du podium central, donc rien de notable. Elle continua donc son avancé, joua un peu des coudes pour se frayer le chemin le plus rapide et pénétra la pièce où elle avait délaissé les deux jeunes gens plus tôt.*


- Navré, mes obligations de patronne sont parfois complexes…

*Ce disant, elle retourna s’asseoir et posa la bouteille déjà bien entamé à côté de ses cartes. Elle ne chercha pas à revoir ces dernières bien que, en vérité, elle ne se souvenait carrément plus de ce qu’elle avait. Seulement vérifier ainsi ses cartes était tout simplement une preuve de faiblesse. Le manque d’assurance typique pour un débutant ; la jeune femme n’était pas de ce bord. Et puis au moins, il serait ainsi impossible pour son adversaire de voir si elle blufferait ou non par la suite puisque elle-même ne pourrait le dire…*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Chapman

avatar



Messages : 418
Date d'inscription : 23/10/2010
Age : 52
Localisation : Raccoon City

Dossier du personnage
Age du personnage:

MessageSujet: Re: Déchéance [with Chapman et Shannon]   Mar 4 Sep 2012 - 16:04

*Il avait déjà connu meilleur tirage lors d’une partie de poker, assurément. Un quatre, un six et un as, rien à faire avec ça. Mais, tout comme son adversaire, il ne laissa rien paraitre. Avec un joueur normal en face de lui, même avec une telle main, il n’aurait pas hésité à monter les paris, mais là, avec ce qu’Aïtia lui « offrait », il préférait rester prudent. D’un mouvement quasiment synchro, les deux joueurs posèrent leurs cartes, face cachées sur le tapis.

Après cela, Aleksis patienta tranquillement en attendant la nouvelle fournée de carte, observant son opposante dans les yeux, au travers de ses lunettes de soleil. Tout comme lui, rien chez elle ne permettait de discerner ce qu’elle pensait. Et l’inéluctable question s’imposa à nouveau à lui : qu’est-ce qu’elle avait à y gagner ? Rien… à moins de vouloir quelque chose en échange ? Ouais c’était surement ça, la connaissant, elle ne donnait rien pour rien.
Il mit toutefois ses questions en stand by lorsque deux cartes atterrirent devant lui à nouveau. Un trois de trèfle et une dame de carreau. A nouveau, il attendit patiemment que la croupière tire trois cartes, en espérant que cette fois-ci, quelque chose de concluant se passe.

L’attention de Louis fut attirée par le rideau qui bougea légèrement au moment où un homme passa pour venir glisser quelques mots à la patronne. Ce dernier ne réagit pas, attendant qu’ils aient terminés. Ils parlaient de l’une ou l’autre des danseuses de l’établissement. Enfin, les rares fois où il avait pénétré ici pour affaire, c’était plus de la provocation qu’il voyait, et bien souvent, ça se terminait en bagarre générale, avec quelques coups de feu en prime. Certes, la danse qu’Aïtia avait faite tout à l’heure était plaisante à regarder, mais avec elle, il ne fallait pas espérer avoir plus… a moins bien évidemment que ça serve ses intérêts. L’ayant connu durant l’affaire du Cartel, il connaissait un peu ses méthodes. Avec toutes ces années dans ce repaire, elle avait bien dut développer quelques trucs pour rester en vie.

L’agent double chassa toutes ces réflexions à propos d’elle et se contenta d’écouter leur discussion. Au fur et à mesure que ça avançait, Aïtia affichait une mine de plus en plus sombre. N’y trouvant rien d’intéressant, Louis voulut ramener son attention sur ses cartes jusqu’à ce qu’un mot, un seul, ne pique son attention : Kern’. Imperceptiblement, ce dernier releva légèrement la tête. Malgré la réelle surprise qu’il ressentait, son visage ne laissait rien percevoir, gardant une expression neutre. La conversation devenait vraiment très intéressante sur le coup… ça ne pouvait être qu’une simple coïncidence, mais… non, c’était elle, assurément. De la bouche de quelqu’un d’autre, le nom de code Kern’ – un diminutif déjà – aurait put signifier bien des choses, mais quand c’est Aïtia qui le dit, ça devient tout de suite beaucoup plus intéressant.

Finalement, Aïtia quitta la table de jeu, prenant au passage une bouteille dans le bar. Posant ses cartes face cachées sur la table et de croiser ses mains, il observa la jeune femme qui se dirigeait vers le rideau, avant de leur dire d’en profiter pour faire connaissance. Mais oui bien sur, avec ce qu’elle venait de dire avec son employé, comme s’il allait rester là bien gentiment sans bouger. Une fois que la russe se fut éclipsée, Aleksis se leva sans un bruit.*

On va faire de la filature ? Fais très attention, si jamais elle le remarque…
Elle ne le saura pas. Du moins je l’espère… mais il faut que je la suive.


– Je dois passer un coup de fil.

*Prenant la suite d’Aïtia, il sortit de la salle de jeu, sentant que ce qu’il allait entendre ou voir pourrait être très intéressant.

C’est vingt cinq minutes plus tard que Louis réintégra la salle de jeu. Sans attendre, il fonça vers le bar et prit une bouteille de whisky. Il l’ouvrit et but une longue lampée au goulot, vidant la moitié de la bouteille. Il buvait ça comme du lait. N’importe qui tomberait par terre après ça, mais pas lui. Car comme d’habitude, son virus supprimait les particules d’alcools qu’il avait dans le sang aussi vite qu’elles arrivaient. Pas moyen d’être bourré avec ça. A vrai dire, il ne se souvient même pas de la dernière fois où il avait été saoul. Ca remontait à beaucoup trop longtemps. Ca le manquait d’un certain coté.*

Tu crois qu’elle nous a vu ?
Je n’en sais rien, mais on va très bientôt le savoir.
Qui te dit qu’elle te dira quelque chose ?
Personne. Mais si elle sait que j’étais là et qu’elle ne me dit rien… C’est qu’elle me demandera quelque chose plus tard.


*Reposant la bouteille sur le bar, il se pinça l’arrête du nez, fermant les yeux en poussant un soupir. Après quelques secondes, il se redressa correctement, elle n’allait pas tarder à arriver. Prenant la bouteille de whisky avec lui, il revint à la table de jeu, se contentant d’un vague geste de salut de la tête envers la croupière. Pauvre fille, elle était restée ici toute seule…

Quoi qu’il en soit, l’agent double se remit à sa place, reprit une gorgée de la bouteille avant de la poser à côté de lui. Il patienta encore un petit moment puis Aïtia réapparut enfin. Le moment décisif. Est-ce qu’elle était au courant qu’il la suivait ? Peut-être… même surement… mais en tout cas, dans l’immédiat, si elle le savait, elle ne le fit pas savoir à Louis. Soit elle l’ignorait, soit elle lui ferait savoir plus tard.

Aleksis descendit son regard sur ses cartes : il avait carrément oublié qu’il était dans une partie de poker vu la dernière demi-heure qu’il venait d’avoir. Mais il se souvenait encore de ses cartes. Mais Aïtia s’en souvenait elle ? Difficile à dire, vu qu’elle ne les a pas reprit en main. Soit elle tente un fameux coup de bluff, soit elle les connait par cœur… les deux solutions sont possible, la connaissant.

Ne se laissant pas démonté, il décida de jouer sur son terrain. Il ne reprit pas son jeu en main et se contenta d’avaler une nouvelle gorgée de whisky. Reposant la bouteille, il observa la jeune femme au travers de ses lunettes de soleil, attendant de voir le moindre détail qui la trahirait. Bien évidemment, fallait pas trop y compter, elle avait une trop grosse maitrise d’elle-même.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shannon matthews

avatar



Messages : 425
Date d'inscription : 04/11/2011
Age : 31
Localisation : Raccoon City

Dossier du personnage
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: Déchéance [with Chapman et Shannon]   Jeu 18 Oct 2012 - 12:56

*Shannon tenait, elle le savait, entre ses mains une partie des réponses à ses questions ou peut être pas. Tout dépendait si l'homme ou la femme gagnait. Une fois qu'elle avait retourné les cartes aucun des deux joueurs ne laissa filtrer aucune émotion sur leurs visages. Pourquoi ne laisser t-ils pas passer leurs émotions? Shannon avait besoin de savoir lequel des deux avait gagné ! Mais avant qu'elle ne puisse chercher des réponses sur leurs visages, la femme avança ses cartes fermée vers l'apprentie croupière en lui reprochant de n'avoir pas servi un bon jeu.*

– Si tu pouvais donner meilleur jeux, ce serait bien...

Mais elle est gonflée, comme si c'était moi qui décidait les cartes que je distribue !

*Shannon vit que l'homme aussi avait posé ses cartes face caché en les poussant vers elle. Lui aussi avait l'air de ne pas avoir un bon jeu. Shannon prit les cartes avec une pointe d'énervement dans ses mains, elle les rabattit et les redistribua. Le hasard, la chance peu lui importait comment on appelait ça, elle espérait seulement que ça les avaient satisfait. Puis elle commença a retourner les trois cartes qu'elle avait au début du paquet, quand Shannon regarda les cartes qu'elle venait de poser sur la table au tapis vert, il fallait vraiment que les deux joueurs est vraiment un bon jeu. Les cartes apparaissaient comme telle : un trois de cœur, un dix de carreau et un as de trèfle. Mais la partie ne pu continuer de plus belle, le rideau par ou ils étaient rentré s'ouvrit et un homme commença a parler a la patronne de ce bar. Shannon écoutait d'une oreille distraite mais la conversation ne l'intéressait nullement. De savoir qu'une danseuse manque a l'appel et qu'une autre demandait la joueuse au téléphone, cela ne lui apportait aucun intérêt. Alors elle laissa ses cartes faces caché de son coté, se leva et s'adressa a l'homme et a Shannon avant de sortir de la pièce.*

- Profitez-en pour faire connaissance !

La bonne blague, il faut que je fasse connaissance avec un homme qui porte des lunettes de soleil même dans un bar baignant d'obscurité.

*Une fois qu'ils restèrent tout les deux seuls, il ne se passa même pas cinq minutes avant que l'homme qui avait laissé ses cartes faces caché, se lève pour passer un coup de fil. Shannon se retrouva seule, elle ne savait que faire, elle voulait regarder les cartes des adversaires mais ça ne lui aurait servi a rien. Elle aurait voulu regarder les cartes suivantes pour voir si la femme rousse avait une chance de gagné et que Shannon récolterait ce qu'elle espérait. Mais elle pensa que cela ne serait pas très fair-play et puis qu'est ce que ça pourrait lui apporter. Elle regarda la pièce, roula des yeux ce qui montrait qu'elle s'ennuyait et fermement, quand elle regarda sa montre cela ne faisait que 5 min que les deux joueurs avait quitté la partie et la pièce. Shannon se leva et commença a arpentait la pièce, finalement elle se demandait ce qu'elle faisait là, a chercher des informations sur un homme, mais son désirs de le retrouver était la plus forte. Elle se dirigea vers le bar, regarda les bouteilles cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas bu. Elle prit une bouteille dans ses mains, la fit tourner, hésita une seconde ou deux puis l'ouvrit. Elle n'avait plus bu depuis longtemps et quand l'alcool toucha ses lèvres, sa bouche, sa gorge cela lui brula comme si elle venait d'avaler de la javel. Elle ne se rappela pas comme c'était aussi ecoeurant de boire mais elle sentit l'effet agir tout de suite, elle se sentait bien. L'alcool avait toujours eu cet effets là sur elle, assez rapide, ça lui montait vite à la tête. Elle bu une gorgée, puis une autre et encore une, le produit toxique la brulé encore mais elle n'arrêta pas une seule seconde. A un moment elle regarda l'heure, vingt minutes qu'ils étaient partis, Shannon retourna se rassoir pas sans tituber un petit peu. Cinq petites minutes plus tard, l'homme revint enfin puis ce fut au tour de la femme de revenir.*

-Navré, mes obligations de patronne sont parfois complexes…

*Shannon ne dit rien, elle ne savait pas si ils avaient remarqué qu'elle était un peu soul mais elle essaya de ne rien montrer et voyait que les deux joueurs attendait qu'elle dévoile les nouvelles cartes. Elle prit le paquet de cartes d'une main un peu tremblante, puis prit la carte du dessus et la retourna en la posant sur le tapis vert. Il s'agissait d'une dame de cœur, pour l'instant les cartes ne dévoilé pas un bon jeu en espérant qu'ils aient un meilleur jeu. Au moment ou elle prit la dernière carte, elle hésita a la retourner, ils connaitraient enfin qui allait gagner et à qui la patronne du bar répondrait au question. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aïtia Kovoläk

avatar



Messages : 229
Date d'inscription : 07/11/2010
Localisation : °~* Derrière Toi... *~°

Dossier du personnage
Age du personnage: 29 années supposées.

MessageSujet: Re: Déchéance [with Chapman et Shannon]   Ven 14 Déc 2012 - 21:15

*La passivité totale de la jeune femme aurait sans mal pu être comparable à une absence. Physiquement présente, bien sûr, mais psychologiquement ailleurs. Ce qu'il venait de se passer ces dernières minutes et la demande qu'on lui avait faîte lui restait clairement en travers de la gorge. Ca, en plus d'une annonce troublante... S'en était risible. Elle savait que, suite à sa fatigue oppressante, elle avait merdé sur plusieurs choses ces derniers temps. Mais c'était seulement là, en cet instant, qu'elle se rendait compte de la porté réelle de ses conneries. Sur le coup, elle n'avait songé qu'à une erreur minime... Mais aujourd'hui, après s'être expliqué avec Kern', qu'elle comprenait l'envergure de la chose. Une chose qui avait failli coûter la vie à l'impassible agent, celle qui l'avait sauvé il y a des années maintenant... Était-ce donc ainsi, qu'elle la remerciait ? Était-ce une façon de montrer sa gratitude ?... Assurément pas. « une vie pour une vie » ; c'était sa devise. Et bientôt, très bientôt, elle l'appliquerait à nouveau à la lettre... Même s'il s'agissait de la sienne. Debrah l'avait prévenue, de toute façon. Les codes l'obligerait à prendre sa vie au moindre dérapage. Elle avait pu la sauver une fois, il y a longtemps. Et au sens de la rouquine, c'était déjà trop. Alors une seconde fois... il ne fallait pas y compter. Le problème, en fin de compte, n'était pas tant de savoir qu'elle allait trépasser la semaine suivante. Ce qui la troublait véritablement, c'était plutôt la façon dont on lui avait annoncé, et encore plus la personne qui s'en chargerait : Debrah elle-même. Mais peut-être était-ce mieux ainsi ? Peut-être le vivrait-elle, au final, beaucoup mieux si la personne prenant sa vie était celle qui lui avait donnée des années plus tôt ?... une semaine, c'était tout ce qu'il lui restait. Comment allait-elle passer ces prochains jours, puisque fuir était impensable... Dur à dire, alors autant se concentrer sur le présent pour le moment.*

*Tranquillement, celle aux origines russes se laissa aller contre le dossier de sa chaise après avoir saisit la bouteille à ses côté. Elle en but une longue gorgé et la conserva en main, avant de planter son regard dans celui de son adversaire de main. Elle n'avait aucune intention de lui montrer qu'elle savait ; elle n'était pas bête, prononcé le mot « Kern » devant lui ne pouvait le laisser indifférent. Il l'avait suivit, c'était certain. Mais à quel point ? Difficile à dire, elle ne s'en était pas du tout préoccupé. Elle avait bien mieux à faire, à dire vrai, et se foutait désormais éperdument d'être suivie ou non. Il l'avait épié ? Soit. Et alors ? Ce n'est pas comme s'il était intervenu en cours de route. Et heureusement, d'ailleurs ; autrement il aurait fallu aviser et il fallait l'avouer, Aïtia n'était pas du tout partisane de violence. Moins elle en avait, mieux elle se portait. Bon c'est vrai qu'il y en avait toujours dans cette foutue boîte, mais... Ce n'était tout simplement pas la même chose. Vraiment pas... Une idée fit soudain irruption dans les pensées de la rouquine pourtant lentement embrumé par l'alcool. Aleksis. C'était une bonne carte à jouer pour ce qui devrait être son dernier jour sur cette foutue planète. Quoi que... Non, ça n'y changerait rien ; Debrah l'abattrait d'une façon ou d'une autre, et elle n'avait aucun droit de l'en empêcher. Mais pourquoi pas faire d'une pierre de coups ? L'homme voulait des réponses, la femme sa vie. Et connaissant cette dernière... Oui, c'était parfait. Connaissant la brune, il était certain qu'elle comprendrait et accorderait cette faveur comme une dernière requête.*


- Dis-moi Aleks', sur quoi se portent tes questions ?, *demanda-t-elle avec curiosité dans sa langue natale.

Non qu'elle feintait de s'y intéresser ; c'était vraiment le cas. Mais il restait vrai que discuter permettait de combler ce silence de mort qui semblait s'être installer. En tout cas, c'était l'impression de la rouquine. Peut-être était-ce dû à l'annonce de sa mort futur, mais elle avait l'impression de se retrouver dans une véritable morgue. Et pas uniquement l'atmosphère, les interlocuteur aussi. Entre une qui s'avérait alcoolisé et mauvaise croupière et l'autre qui demeurait impassible tel un morceau de marbre, s'en devenait presque lourd. Cette simple constatation la fit d'ailleurs reprendre une gorgé d'alcool fort qui s'éternisa, comme si elle avait souhaiter s'y noyer. Une image, bien sûr ; mais si ça avait été possible, sans doute l'aurait-elle fait sans réfléchir sur la question. Voyant son interlocuteur demeurer impassible, elle pencha sa tête en arrière dans un soupir avant de fermer les yeux. Tant de souvenirs, tant d'images, tant de choses à oublier... Bientôt, elle n'aurait même plus besoin d'y songer. Ses cauchemars s'en iront au même titre que sa vie. En un sens... oui, elle était soulagé ; Soulagé de ne rien laisser derrière elle. Elle avait bien essayé de chérir l’existence, mais impossible. En fin de compte... Plus elle avait essayé, et moins elle y était parvenue. La rouquine en avait assez vue du genre humain pour savoir qu'il était pourrit jusque la moelle.*


- Tu comptes servir la dernière carte, ou bien dois-je t'y aider ?

*Son ton s'était fait plus amer qu'elle ne l'aurait voulu, témoignant de son tempérament impulsif. Non pas qu'elle s'en montrait méprisante ; bien loin de là. Simplement qu'elle voulait en finir rapidement pour tenir son engagement et savoir de qui elle s'occuperait ce soir avant de rentrer chez elle... Ou pas. Le rideau s'ouvrit à nouveau. Mais cette fois, pas de temps à perdre. Elle leva simplement sa main gauche puisque l'autre tenait la bouteille, et pointa son pouce en direction de la sortie alors que son regard devenait de plus en plus sombre, à la limite du colérique. Venant de sa part, ce geste voulait dire une chose : « Dégage ». Plus de temps à perdre, elle voulait véritablement boucler cette soirée au plus vite. L'alcool avalé n'aidait pas, c'est sûr. Mais c'était surtout sa récente escapade qui l'avait moralement achevé. Ceci dit... Elle rabaissa son avant bras et ferma de nouveau les yeux avant d'esquisser un léger sourire. Le trio ne serait plus dérangé, sauf en cas d'extrême urgence. C'était certain. Lorsque ses paupières se rouvrirent, elle conserva un sourire digne de son amabilité habituelle et regarda les deux personnes ici pour des réponses.*

- Bien, mettons fin à ce petit jeu, *déclara-t-elle simplement alors qu'elle n'avait même pas prêté attention à la dernière carte retourné par la croupière.

Elle dévoila ses cartes en les plaçant face visible chacune leur tour. Qu'avait-elle ? Elle vérifierait plus tard. Pour le moment, c'était le jeu de son adversaire qui l’intéressait. Avait-il bluffé ou joué à l'aveugle ? Possédait-il un bon jeu ou s'était-il risqué ?... Tout était possible. A dire vrai, elle ne chercha pas plus à analyser les choses et attendit patiemment qu'il montre, à son tour, le jeu qu'il possédait. Lorsqu'il dévoila ce dernier, le regard de la rouquine s'y intéressa de brèves secondes avant que son regard ne dévie sur le tirage de la croupière...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Déchéance [with Chapman et Shannon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Déchéance [with Chapman et Shannon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tracy CHAPMAN
» 06. Let play the country ft Shannon Beiste
» Shannon Beiste - One Bourbon, One Scotch, One Beer
» Shannon Beiste
» retour à la vie normale. ♦ blog de shannon.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resident Evil RPG :: Raccoon City :: Les Rues de Raccoon City-