AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Le forum ouvre à nouveau ses portes. Bienvenue à tous dans cette nouvelle aventure pleine de nouveautés.

Partagez | .
 

 Zone à risques - J. DeWitt, M. Richland & G. Ortega

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cameron Summers

avatar



Messages : 37
Date d'inscription : 17/03/2014
Localisation : Quelque part en ville

Dossier du personnage
Age du personnage: 27 ans

MessageSujet: Zone à risques - J. DeWitt, M. Richland & G. Ortega   Mar 18 Mar 2014 - 19:55


-Zone à risques-


Raccoon City - 18 Mars - 11:45 PM


*La ville s'était teintée de noir depuis plusieurs heures déjà, les rues s'étaient vidées peu à peu et une fine bruine avait remplacé le soleil radieux de la journée. Dehors une brume épaisse noyait les pieds des bâtiments, on y voyait pas à plus de dix mètres, et encore il fallait plisser les yeux pour ne pas se tromper entre un buisson et une créature attirée par la chair fraîche. Pas un bruit si ce n'était les quelques vrombissements de moteur -générés par les derniers véhicules quittant le QG bien gardé de l'entreprise "pharmaceutique"- ne venait troubler le chant des gouttes translucides qui s'écrasaient contre le bitume encore chaud des passages de gomme bouillante. La bourgade était aussi paisible que pouvait l'être une petite ville retirée cependant, Raccoon était tout sauf une métropole ordinaire, lorsque la sérénité venait s'emparer des lieux, il y avait de fortes chances pour que ça n'annonce rien de bon et que le silence soit juste le calme avant la tempête.*

*Cameron passa le sas d'entrée d'un endroit qui fut son unique résidence durant ces dernières années sans qu'elle ne s'en rende réellement compte, elle avait passé une dizaine d'années entre ses murs, dans les entrailles immaculées et stériles de cette battisse immense couronnée par un écran gigantesque où défilaient maintes pubs qui vantaient les mérites de produits sans nul doute tous plus dangereux les uns que les autres. Un semblant de sourire étira la commissure de ses lèvres et enfin la jeune femme passa ses mitaines noires, renfila sa courte veste de cuir sur sa tunique blanche, dissimula parfaitement le holster autour de son épaule sous les pans ce celle-ci, puis vérifia la présence des lames entre ses bottes et son jean. Pas de chargeur supplémentaire cette nuit, son Beretta contenait quinze balles, ce qui était suffisant et tout à fait inutile pour ce qu'elle avait à faire, à savoir : rejoindre un pub du centre ville où elle s'accorderait un verre avant de rentrer dans l'appartement que son employeur avait mis à sa disposition depuis quelques jours. Pas d'attache, pas de connaissance hormis des collègues à qui elle parlait peu quand ce n'était pas du tout, Summers n'avait aucun impératif lors des quartiers libres et en profitait comme bon lui semblait.*

*Peu gênée par les quelques gouttes tombées du ciel sombre, sa marche tranquille l'amena aux premiers escaliers d'une rame de métro qu'elle dévala sans se presser pour déboucher dans les couloirs, coller sa carte dans un des lecteurs et enfin passer le tourniquet pour rejoindre les quais presque déserts. Un jeune couple attendait là en se chuchotant quelques mots doux qui les faisaient ricaner quand ce n'était pas couiner, Summers ne leur prêta pas plus d'attention et attendit l'arrivée du trame qui ne tarda plus à freiner en un vacarme strident devant eux. Les divers battants coulissants s'ouvrirent et la jeune UBCS enjamba le seuil pour se coller dos à l'un des recoins de l'habitacle sommaire. D'instinct, elle fixa les visages autour d'elle, trois personnes en plus du couple vaquaient à leurs occupations en attendant que le métro reprenne le chemin des tunnels. Une brune au long cheveux, un jeune homme blond et enfin, dans le fond opposé au sien, un quadragénaire brun, vêtu d'un imper impeccable, était installé sur un siège avec à ses pieds une mallette sur laquelle il jetait un œil toutes les trente secondes tandis qu'il parcourrait le journal du jour.*

*Le signale sonore résonna, les portes se refermèrent et le métro fila sur les rails, Cameron fixa une dernière fois son cellulaire, le réseau s'estompa à la seconde même où le wagon s'engouffra dans le tunnel, puis replaça l'appareil dans la poche intérieure de sa veste.* 23h55... 00h15 j'arrive au J'S bar et enfin je pourrai souffler. *Pensa-t-elle en toisant une seconde l'homme en imper qui la scrutait pour enfin baisser les yeux sur ses pages lorsque leurs regards se croisèrent.*


[HRP = voilà l'intro, je vous laisse agir comme bon vous semble, amusez-vous !]



Dernière édition par Cameron Summers le Jeu 20 Mar 2014 - 19:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua DeWitt

avatar



Messages : 15
Date d'inscription : 19/10/2013

Dossier du personnage
Age du personnage: 27

MessageSujet: Re: Zone à risques - J. DeWitt, M. Richland & G. Ortega   Mar 18 Mar 2014 - 23:27


-Zone à risques-


*Après une journée passée à écrire, encore et encore, et à m'entraîner à tirer à l'arc, j’étais épuisé...
Tandis que le signale sonore indiquant la fermeture des portes résonnais, je me mit à agripper fortement la barre métallique, afin de ne pas tomber en arrière. Je jetais rapidement et furtivement un coup d’œil aux autres usagers avant de finalement regarder par la vitre, l'obscurité ambiante. Pensant donc à l'un des passages de l'un de mes livres, ce moment où Jane se trouve piégée, dans une rame de métro, comme celle ci... Amusé je scrutais la rame de métro avant de remarquer qu'une lumière semblait difficilement éclairer... Si j'étais dans l'un de mes romans, je commencerais à paniquer ! Mais il n'en est rien, du moins c'est ce que je pensais avant d'avoir un eu l'impression d'être observé... Je me saisit machinalement de mon PDA qui m'échappa des mains, et tomba sur le sol métallique avant de finalement glisser vers la jeune femme vêtue de noir, si j'écoutais mon esprit d'écrivain, j'aurais juré qu'elle sortait d'une agence secrète... Mais de tout évidence cela ne pouvait qu'être impossible ! Je me dirigeais alors prudemment vers le PDA tombé, luttant pour ne pas tomber à mon tour.*

« Rah c'est pas vrai ! » *dis-je à voix haute voyant que l'un des poignée de mon sac était coincé dans le petit espace entre le siège et la barre de fer.*

*Je continuais néanmoins mon avancée vers l'appareil tout en tirant fortement sur le sac pour le débloquer. Je finit finalement par arriver à environ un mètre de la jeune femme.*





Dernière édition par Joshua DeWitt le Mer 19 Mar 2014 - 15:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane Richland

avatar



Messages : 173
Date d'inscription : 23/02/2011
Localisation : France

Dossier du personnage
Age du personnage: 37 - née le 10.03.1976

MessageSujet: Re: Zone à risques - J. DeWitt, M. Richland & G. Ortega   Mer 19 Mar 2014 - 13:39

Houlà je ne sais pas faire ce que vous faites concernant la mise en page. Excusez mon inculture, je vais rester sur la mise en forme classique, j'espère que cela ne vous dérange pas ?

__

* Morgane soupira en sortant du cinéma. Le film qu'elle venait de voir, ou plutôt de subir, pendant presque deux heures ne lui avait pas beaucoup plus. Quelle idée de sortir seule et d'aller voir une comédie romantique ! Loin de lui aérer l'esprit, le long métrage avait eu l'effet inverse. Et le pire dans tout cela était cette fin larmoyante et dégoulinante de bon sentiments comme on n'en voit qu'au cinéma. La vraie vie, sa vraie vie à elle, était à mille lieues de ce romantisme écœurant. *
* La nuit recouvrait la ville depuis longtemps et il se faisait tard. Morgane descendit une volée de marches en béton usé pour se rendre au métro. Elle pourrait ainsi rentrer chez elle assez rapidement et s'enrouler dans la couverture moelleuse de son lit. La pensée de ce réconfort à venir lui donna du baume au coeur. Un courant d'air souleva ses cheveux quand la rame arriva et s'arrêta devant elle. Elle monta à bord, où seuls un vieil homme avec une mallette et un jeune homme blond étaient déjà. Comme toujours, les soirées à Raccoon City étaient calmes. Vu le passé de la ville, personne n'osait s'aventurer en ville en pleine nuit. Sauf que Morgane ne venait pas de la ville, et bien qu'elle connaisse par coeur les horreurs dont elle avait été le théâtre, cela ne l'empêchait pas de vivre sa vie. Une sorte de défi lancé au sort, une façon de montrer à tout le monde qu'elle n'avait pas peur et qu'elle se fichait pas mal de ce qui pourrait lui arriver. *

BIP BIP BIP BIP BIP

* L'alarme annonça la fermeture des portes et le métro se mit en branle. Morgane avait croisé ses jambes et ses bras et attendit que défilent les quelques arrêts restant. *
* Plus tard, une jeune femme entra dans la rame et s'adossa non loin d'elle. Morgane lui jeta un regard en coin et la trouva plutôt jolie. *
Je me demande ce qui peut bien l'amener toute seule à cette heure ci en pleine semaine...
* Surement une sortie tardive, comme tous les jeunes. Alors Morgane soupira, elle se sentait de plus en plus vieille et avait du mal à l'accepter aux vues de ce qui restait dans sa vie et de son chemin parcouru. *
* Alors qu'elle était perdue dans ses pensées, plongée dans les regrets du temps passés et des gens perdus, le métro se stoppa brutalement. *
* Un violent coup de frein bouscula les passagers. Morgane s’agrippa à la barre métallique à côté d'elle sans lâcher un mot. Les problèmes de métro étaient plutôt fréquent à Raccoon City et les utilisateurs avaient l'habitude. *
* Sauf que cette fois, la lumière s'éteignit après avoir clignoté quelques secondes. *
Ho ho...
* Morgane se crispa, toujours silencieuse. Son regard fit des vas et viens pour tenter d'apercevoir la réaction de ses voisins mais il faisait totalement noir. *
* Inquiète, elle se mit debout, prête à quitter les lieux sur le champ si les portes s'ouvraient. *
* Un mauvais pressentiment la mis très mal à l'aise. *
* Et tandis que l'obscurité les engloutissait dans une chaleur sèche, personne n'osait prononcer le moindre mot. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Summers

avatar



Messages : 37
Date d'inscription : 17/03/2014
Localisation : Quelque part en ville

Dossier du personnage
Age du personnage: 27 ans

MessageSujet: Re: Zone à risques - J. DeWitt, M. Richland & G. Ortega   Mer 19 Mar 2014 - 20:21


*Peu de monde, ce qui n'était pas étonnant étant donné l'heure et surtout le temps particulièrement lugubre au dehors, peu de bruit aussi si on ne prêtait pas attention au quadragénaire qui ne cessait de tousser et ce de plus en plus fort. Raccoon-City n'était pas l'une des villes les plus réputées pour son calme bien au contraire, la bourgade des États unis était bien moins fréquentable que le pire coupe gorge de New-York, elle comptait à son palmarès bon nombre de victimes, civils ou autres, tous morts dans des circonstances similaires, attaques d'animaux ou, encore, sous les doigts d'un tueur récidiviste amateur de chair humaine... Ce qui était totalement faux pour ceux qui savaient ce que tramait la firme au parapluie rouge et blanc mais presque « réconfortant » pour les citoyens ordinaires qui n'imaginaient pas une seconde que les morts ne le restaient pas forcément. Cameron avait fait face à quelques infectés -à des stades plus ou moins avancés de différents virus- lors de quelques entraînements ou missions futiles visant à connaître ses capacités, elle connaissait certains de leurs points faibles mais n’excellait pas non plus dans le domaine des sciences morbides qu'aimait manipuler son employeur, elle restait avant tout humaine et vulnérable malgré les quelques greffes que des laborantins s'étaient plus dissimuler dans son organisme, elle craignait la mort comme tout à chacun et comptait d'avantage sur son instinct de conservation afin d'y réchapper en temps voulu.*

*Pensive quelques minutes, elle baissa rapidement les yeux dans la direction d'un appareil s'étant échappé des mains de l'unique homme blond de l'habitacle. Un PDA, visiblement, filait vers l'extrémité de ses bottes au fil des remous du trame sur les rails. Inexpressive comme d'ordinaire, elle laissa opérer l'inconnu qui s'approchait pour récupérer son bien jusqu'à voir les sangles de son sac l'emprisonner entre la barre de maintien et les armatures d'un siège qui, de ce fait,  l'empêchèrent de saisir le boîtier électronique.*

-Rah c'est pas vrai ! *Lâcha-il instinctivement.*

*Cameron roula discrètement des yeux et laissa échapper un petit soupir avant de se baisser et saisir l'appareil au creux de sa paume gantée pour le lui tendre quand il fut de nouveau libre de ses mouvements. Qu'il puisse la remercier ou lui sourire lui importait peu, ce n'était qu'un inconnu parmi tant d'autres et, d'après son comportement, elle ne lui aurait collé l'étiquette de STARS ou d'UBSCS -encore moins de flic ou de tout ce qui touchait au domaine de la protection ou de l'armée- pour rien au monde. Ce n'était qu'un jugement personnel, après tout il pouvait être n'importe qui, de n'importe quel corps de métier, et jouer un rôle, aussi se contenta-t-elle du strict minimum à son égard et esquissa un faux sourire, étirant le coin droit de ses lèvres, qui disparut à la seconde même où les quelques luminaires faiblards du train grésillèrent jusqu'à totalement sauter en un claquement bruyant, celui-ci rapidement accompagné par le freinage brusque des wagons qui invita les passagers à se maintenir aux prises les plus proches. Voyant le jeune homme vaciller, les mains prises par l'appareil qu'elle venait de lui rendre -et surtout très peu tactile de nature-, Summers colla vivement ses deux mains contre les épaules de l'étranger et le maintint grâce à leurs poids pour lui éviter de lui tomber dessus. Bras tendus devant elle, lorsque le trame fut immobile, elle lâcha prise et fronça les sourcils. Le noir totale, uniquement les lueurs des feux de croisements sur les rails -qu'elle voyait par delà le pare-brise arrière du wagon- peinaient à leur offrir un minimum de lumière. Le silence se brisa lorsque la petite amie du gamin ayant passé le seuil en même temps qu'elle, se mit à trembler en posant mille questions.

-Il se passe quoi ? Le métro va redémarrer hein ? J'ai pas envie de rester coincer ici la nuit entière surtout pas en ayant vu ce qu'on racontait aux infos sur cette ville.

*La voix haut perchée de la jeune fille lui fit considérer sa silhouette ombragée dans le fond de la zone, elle n'était pas du coin et son petit ami ne devait pas l'être lui non plus étant donné sa réponse.*

-Ne t'en fais pas, c'est qu'une panne, je suis sûr que les techniciens sont déjà au courant et s'empressent de réparer ça, on sera bientôt de retour dans notre petit ville.

*Cameron dépeignit subitement l'emplacement qu'occupait le quadra avant que la panne survienne et plissa d'avantage le front, depuis que le courant avait lâché, on n'avait plus entendu ses raclements de gorge. Plus alerte que précédemment, la jeune femme saisit son cellulaire et alluma l'écran pour loger le faisceaux lumineux vers le siège où se trouvait toujours l'homme en imper. Il ne bougeait plus et paraissait endormi, du moins, c'était ce que pouvait laisser croire son attitude à des personnes ignorantes au sujet des infectés. Summers fila un léger coup d'épaule au blondinet devant elle afin qu'il lui laisse la place de passer et baissa la lueur blanche vers le torse du gars à la mallette avant de voir quelques tâches de sang frais sur sa chemise et le col de son manteau puis se faire bousculer par la petite jeune qui passa directement l'index et le majeur sur le flanc de la gorge de la « victime ».*

-Je fais des études de médecine, je peux peut-être faire quelque chose pour lui. *Dit-elle sure d'elle.*

-Recule ! *Ordonna Cameron d'un ton ferme tandis que la gamine grimaçait sans doute quand elle comprit que le type était mort.*

-Oh mon dieu il est mort et...

*Elle ne termina pas sa phrase, le cadavre rouvrit subitement des yeux laiteux sans une once de conscience et lui saisit le poignet qu'il mordit sans attendre. Cameron fit rapidement glisser ses doigts contre sa botte, sortit une lame et la planta dans la tempe du mort qui poussa son dernier râle sous les hurlements de douleur et les pleurs de la blondinette qui fila se réfugier dans les bras de son petit ami qui hurlait déjà au criminel. Summers retira l'arme de la tête de la cible et essuya le tranchant de celle-ci dans l'un des pans de l'imper avant de tendre l'oreille puis sentir les regards plus neutres de l'homme au PDA et de la brune peser sur elle. Des échos gutturaux semblaient lui revenir aux typams et il ne fallait pas être plus doué que ça pour comprendre ce qui leur pendait au nez s'ils ne quittaient pas rapidement le wagon.*

-Il faut qu'on sorte. *Dit-elle avant de loger le faisceaux lumineux de l'écran vers la petite blonde qui se maintenait le poignet, elle se transformerait bientôt, la tuer directement lui éviterait mille souffrances mais que pensaient les autres personnes présentes ?* -On va devoir ouvrir les portes, j'imagine qu'il y a un système d'urgence mais c'est visiblement pas dans ce wagon qu'on le trouvera. Conclut-elle, prête à écouter les divers opinions, quelqu'un savait peut-être où trouver cet interrupteur d'urgence, mais Dieu seul pouvait savoir ce à quoi ils feraient face si toutefois ils arpentaient d'autres wagonnets que celui où ils se trouvaient présentement.*

[HRP: Pas de problème Morgane, ça ne dérange en rien le format texte Wink]



Dernière édition par Cameron Summers le Jeu 20 Mar 2014 - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua DeWitt

avatar



Messages : 15
Date d'inscription : 19/10/2013

Dossier du personnage
Age du personnage: 27

MessageSujet: Re: Zone à risques - J. DeWitt, M. Richland & G. Ortega   Mer 19 Mar 2014 - 22:28


*A peine mon PDA de nouveau en main, le métro stopa net, sa progression. Je me doutais bien que quelque chose clochait, mais quoi ? Avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, la jeune fille qui bécotait son copain, se mit à hurler à toute berzingue.*

-Il se passe quoi ? Le métro va redémarrer hein ? J'ai pas envie de rester coincer ici la nuit entière surtout pas en ayant vu ce qu'on racontait aux infos sur cette ville.

*Elle avait raison, ce n'est pas sans risque que d'être ici, à Racoon... Mais savait-elle seulement réellement ce qui pouvait arriver ici ? Vu son âge je me doutais qu'elle ne savait que ce que le gouvernement admettais.... Peu après, son petit ami, d'une voix tremblante tenta de la rassurer...*

-Ne t'en fais pas, c'est qu'une panne, je suis sûr que les techniciens sont déjà au courant et s'empressent de réparer ça, on sera bientôt de retour dans notre petit ville.

*La jeune femme qui avait auparavant ramassée mon PDA, semblait fixer l'arrière de wagon, pourquoi cela ? Savait-elle quelque chose que j'ignorais ? Elle plissait les yeux afin d'augmenter ses chance de percevoir l'arrière du wagon plus facilement. Elle dégaina son portable pour éclairer la zone, avant de me donner un coup d'épaule, afin que je la laisse avancer ! Averti, je me poussais sans plus attendre. Elle se dirigeait vers l’homme au ciré gris, suivie de la jeune fille qui posa ses doigts sur le corps inerte de l'homme, si il s’avérait qu'il se passait ce que je pensais, alors elle à fait le mauvais choix, s'approcher trop prêt d'un sujet exposé au Virus de L'umbrella Corporation n'était pas bon...*

-Je fais des études de médecine, je peux peut-être faire quelque chose pour lui. *Dit-elle sure d'elle.*

* Je devais rester sur mes gardes, je repris rapidement mes habitudes de flic et ajusta parfaitement mon sac avant de me saisir de mon arme a feu, un Sig-Sauer P225, une arme offerte lors d'une de mes intervention en Suisse... Je pointait l'arme en direction du corps... Je ne pensais pas devoir faire usage de mon arme, mais si il est effectivement contaminé, alors nous courrons à notre perte ! *

-Recule ! *Ordonna Cameron d'un ton ferme tandis que la gamine grimaçait sans doute quand elle comprit que le type était mort.*

*La femme vêtue de noir n'eut pas le temps de surenchérir que le cadavre rouvrit subitement des yeux, des yeux laiteux et vide d'âme, le monstre se saisit du poignet de la fille qu'il mordit sans attendre. La femme en noir sorti un couteau de sa botte, et la planta presque immédiatement dans le tempe du monstre assoiffé. Les autres passagers hurlait au criminel, face à l'acte de la femme au couteau. Elle essuya la lame sur le ciré de la chose.*

-Il faut qu'on sorte. *Dit la femme au couteau* -On va devoir ouvrir les portes, j'imagine qu'il y a un système d'urgence mais c'est visiblement pas dans ce wagon qu'on le trouvera.* Elle avait raison, il y'a bien un système d'ouverture d'urgence... Je me précipitais alors vers les sièges de l'avant, près des portes, avant de tirer une balle dans le boîtier rouge pour briser le verre protégeant la poignée d'ouverture*

- Par ici la sortie... *Dis-je sèchement, alors que les portes du wagon s'ouvraient.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane Richland

avatar



Messages : 173
Date d'inscription : 23/02/2011
Localisation : France

Dossier du personnage
Age du personnage: 37 - née le 10.03.1976

MessageSujet: Re: Zone à risques - J. DeWitt, M. Richland & G. Ortega   Jeu 20 Mar 2014 - 15:29

* Tout c'était passé très vite et Morgane savait qu'elle aurait dû être choquée par ce qu'elle venait de voir. Or, elle se sentait plutôt calme, et même en colère. *
Ça recommence...
* Elle ici plus que personne n'avait été confrontée à ce genre d'horreur. Elle savait certainement mieux que tous ces voyageurs anonymes ce qu'il pouvait advenir des mordus, des gens qui avaient de la fièvre et des convulsions, de ceux dont le teint prenait doucement une couleur de cendre... On ne se relevait pas du virus. Du moins, pas en vie. Et mieux valait mourir une fois plutôt que deux, cela évitait à vos proches d'avoir à accomplir des choses qu'ils préfèreraient éviter. *
* Elle ferma les yeux et les rouvrit bien vite quand un coup de feu la fit s'animer. Bon sang tout le monde se baladait-il armé dans cette ville ? Morgane se sentit soudain démunie et vulnérable. Tant pis, il faudrait faire avec. *

HOMME : - Par ici la sortie...

* Morgane avait repéré la grande brune et le blond comme étant certainement des agents de quelle que compagnie que ce soit. Peut-être devrait-elle les suivre, du moins dans un premier temps, histoire de s'assurer qu'il ne lui arriverait rien jusqu'à chez elle. *
* C'est donc ce qu'elle fit, courant presque jusque dans le second wagon où le blond c'était déjà engouffré. La jeune femme sorti également son téléphone de sa poche où, par chance, elle avait installé une application pour faire lampe torche (un truc qu'elle trouvait jusque là parfaitement inutile mais dont elle avait entendu parler, la curiosité faisant...) *
* Arrivé près de lui, elle lui lança gentiment *

- Je m'appelle Morgane. Je n'y connais rien en mécanique et je ne suis pas armée, mais j'aimerais rester en vie. Je connais ces choses, j'ai déjà eu affaire à elles alors si je peux aider tu peux compter sur moi.

* Elle lui sourit mais il ne pu pas le voir dans la pénombre, l'écran de son téléphone étant braqué devant eux. *
* Elle fit quelques pas et la lumière éclaira d'autres voyageurs, recroquevillés dans des coins. Leur visage affichaient tous des expressions d'inquiétude et d'angoisse. Un rapide coup d'oeil permis à Morgane de voir que personne n'avait été blessé par la balle du blond. Une bonne chose. *
* Elle lança alors à la cantonade *

- Est-ce que l'un de vous sait si les agents du réseau sont prévenus ? Où peut-on trouver un système d'urgence ?

* Après tout ça ne servait à rien de s'activer d'un côté si des gens s'occupaient déjà du problème. Peut-être qu'il suffisait juste d'attendre ? *
* De l'agitation attira à nouveau l'attention derrière elle. Elle vit la petite blonde en larmes, ainsi que la masse inerte du zombie affalée au fond du wagon précédent. *
* Inquiète, elle se tourna vers les voyageurs. *

- Peu importe, on va surtout avoir besoin de renforts.

* Elle entendit plusieurs voix s'élever *

VOIX 1 : - On n'a pas de réseau ici.
VOIX 2 :- Vous croyez qu'on va venir nous chercher ?
VOIX 3 :- Qu'est-ce qui se passe à la fin ? Vous êtes qui ?
VOIX 4 :- Le système de secours est situé à l'arrière de chaque voiture, pour l'activer il suffit de briser une vitre et tirer sur le levier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Summers

avatar



Messages : 37
Date d'inscription : 17/03/2014
Localisation : Quelque part en ville

Dossier du personnage
Age du personnage: 27 ans

MessageSujet: Re: Zone à risques - J. DeWitt, M. Richland & G. Ortega   Jeu 20 Mar 2014 - 18:02


*Le son significatif d'une arme chatouilla les oreilles de l'UBCS qui tenta de fixer le propriétaire de celle-ci. Le jeune homme aux cheveux blonds... S'était-elle trompée à son sujet ? Etait-il d'une quelconque unité armée ou autre mouvement visant à protéger les citoyens de cette ville ou d'une autre ? Perplexe et sachant très bien que peu de gens appréciaient l'entreprise de laquelle elle faisait parti -si ce n'était pas pour dire personne- Cameron resta neutre mais tout de même attentive aux hommes et femmes autour d'elle jusqu'à pointer le regard dans la direction du portillon menant à la prochaine voiture, sur le système de verrouillage duquel l'inconnu venait de tirer. La détonation fit tressauter la blessée qui réfugia ses traits noyés de larmes au cou de son petit ami qui cessa subitement de hurler. Enfin une chose positive que le silence, du moins cela permettait à Summers de prêter l'ouïe aux sons environnants et ceux-ci semblaient se rapprocher depuis que le "civil" avait tiré. Tandis qu'elle voyait la silhouette de l'unique brune suivre le blondinet qui s'engouffrait dans le wagon jouxtant le leur, que le couple de jeunes en fit de même, Cameron tourna le menton vers le pare brise arrière et contempla cette espèce de masse informe et, pour le moment, brumeuse qui paraissait avancer lentement vers le trame à l'arrêt.*

Merde... *Siffla-t-elle pour elle même avant de sentir le bout de sa botte buter contre la mallette sans plus de propriétaire pour la garder.*

*Front plissé, regard intrigué, la brunette se baissa lentement et vérifia le verrouillage de cette valisette à l'aide de la seule source lumineuse qu'elle possédait et opta pour une ouverture musclée. Lame logée entre les deux flancs du porte document rigide, elle fit pression en serrant les mâchoires jusqu'à faire céder le loquet de cette chose. De la paperasse estampillée Umbrella comblait l'intérieur mais quelques mots, qu'elle n'était nullement apte à comprendre n'étant pas scientifique, la firent sourciller : "Projet CS, top secret..." Imaginant que son employeur attendait ces documents, elle plia les quelques feuilles et les colla dans la poche intérieure de sa veste ainsi que le mini magnétophone qu'elle trouva sous les papiers avant de sentir une encoche sous ses doigts qu'elle pressa pour déloger une arme dans le second fond de la mallette. Un Glock 17, chargé, ça pouvait toujours servir. Elle abandonna vivement son office, se redressa, enjamba le cadavre et suivit le nouveau faisceau de lumière blanche qui éclairait quelques visages dans le wagonnet que venaient de rejoindre les premiers passagers rencontrés.*

-Je m'appelle Morgane. Je n'y connais rien en mécanique et je ne suis pas armée, mais j'aimerais rester en vie. Je connais ces choses, j'ai déjà eu affaire à elles alors si je peux aider tu peux compter sur moi.

*Entendit-elle en dépeignant les personnes présentes et inquiètes quant à ce qu'elles imaginaient encore être une simple panne. Le jeune homme allait sûrement révéler son prénom à son tour mais, pour le moment, Summers ne prêtait attention qu'à ce qui fonçait vers l'arrière du train dans lequel ils étaient toujours enfermés. Morgane, d'après le prénom qu'elle venait de leur servir, connaissait bien les créatures qu'ils étaient susceptibles de croiser ici bas mais ne détenait pas d'arme, sans nul doute une jeune femme ordinaire qui, malgré tout, en savait assez sur ce qui grouillait dans cette ville sans qu'on ne puisse vraiment y remédier à part avec des balles logées entre des yeux vides de toute conscience.*

-Est-ce que l'un de vous sait si les agents du réseau sont prévenus ? Où peut-on trouver un système d'urgence ? *Enfin quelqu'un de censé que cette brune aux longs cheveux, trouver ce système devenait impératif si Cameron jugeait parfaitement ce qu'elle imaginait atteindre leur position dans les minutes à venir, d'autant plus qu'une infectée en devenir attendait l'heure de sa mort en gémissant et mettait toute la peuplade présente en danger, chose que devait savoir la jeune femme qui parlait si elle connaissait ces monstres avides de chair humaine.* -Peu importe, on va surtout avoir besoin de renforts.

*Elle n'avait pas tord cependant il était inutile de penser à utiliser leurs cellulaires, prisonniers des tunnels le réseau les avait abandonné depuis que le trame s'était engouffré dans les entrailles sombres de la ville, fait qu'un homme ne tarda pas à pointé du doigt avant que plusieurs autres personnes n'en viennent aux questions paniquées puis, enfin, qu'un dernier élément, plus calme que les autres sans doute, réponde alors à la question de Morgane. Le système d'urgence d'ouverture des portes devait se trouver là, dans le coin opposé au leur, et Cameron logea l'écran de son portable vers la zone indiquée pour enfin trouver le levier sous verre. Summers s'en approcha sans attendre et plia le coude pour éclater le vitrage et enfin baisser la manivelle qui fit émettre un bip ainsi qu'éclairer sommairement les portes -s'ouvrant finalement- grâce aux diodes « Exit » au dessus de celles-ci.*

-Sortons au plus vite, il faut rejoindre le nez du trame, j'ai la sale impression que le premier n'était pas seul. *Lâcha-t-elle tandis que les protagonistes quittaient enfin le wagon pour les rails en se fixant mutuellement pour ceux qui ne savaient pas de quoi elle parlait. Cameron saisit subitement le poignet de Morgane et lui logea le Glock qu'elle venait de trouver dans la main, visualisant désormais son regard grâce à la lumière verte des issues.* -Cameron... Se présenta-t-elle avant de reprendre et fixer aussi le dénommé Joshua. -T'as une arme maintenant, tu sembles avoir les pieds sur terre et surtout en connaître assez sur les rôdeurs, vise la tête si tu peux c'est le meilleur moyen pour les éradiquer si tu ne le savais pas déjà, sinon les jambes, ça les ralentira. Si toutefois on peut se retenir de tirer et se contenter de passer sans les alerter ça nous évitera de nous coltiner une horde attirée par les échos de tirs. *Cameron logea le regard dans celui de Josh et esquissa un sourire abusif.* -T'en fais pas, si ce truc qui approche est bien constitué de morts vivants, sache qu'ils ont été attirés vers nous bien avant que tu use de ton flingue, je pense que le sang de la blonde a chatouillé leurs sens, d'ailleurs, temps qu'on reste avec elle on sera en danger, non seulement car sa blessure les attire encore mais aussi car elle va plus tarder à devenir l'une d'entre eux, le tout est de savoir ce qu'on fait d'elle ? *Elle arqua un sourcil et avança vers la sortie avant de se retourner vers eux, consciente qu'elle devait passer pour une sans cœur, mais quelles étaient les chances de trouver de l’antivirus dans un tel coin de la ville ?* -On y va, il doit y avoir un passage plus loin dans le tunnel pour remonter à la surface, il vaut mieux se dépêcher si on veut rester en vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua DeWitt

avatar



Messages : 15
Date d'inscription : 19/10/2013

Dossier du personnage
Age du personnage: 27

MessageSujet: Re: Zone à risques - J. DeWitt, M. Richland & G. Ortega   Ven 21 Mar 2014 - 15:20


*TLout le monde finit par se taire, ce qui n'était pas une si mauvaise chose en sois, je pouvais enfin réfléchir posément...*
*Je me tournait vers la jeune femme en noir qui semblait s'intéresser à la mallette que portait le truc, qu'elle avait abattue de sa lame...Elle finit par ouvrir la mallette, qui contenait du papier, j'aurais imaginé n'importe que mais sûrement pas, des papiers... Je regardais finalement les autres, et surtout la petite blonde, comment allais-je me débarrasser d'elle ?*
-Je m'appelle Morgane. Je n'y connais rien en mécanique et je ne suis pas armée, mais j'aimerais rester en vie. Je connais ces choses, j'ai déjà eu affaire à elles alors si je peux aider tu peux compter sur moi. * Dit-elle en s'adressant à moi*
- Joshua, Joshua DeWitt,*Dis-je pensif et perplexe quand aux problèmes que nous avions...*
-Sortons au plus vite, il faut rejoindre le nez du trame, j'ai la sale impression que le premier n'était pas seul. *Dit la femme en noir, avant de donner un Glock à Morgane...*
-Cameron... Dit-elle, den me fixant du regard*-T'as une arme maintenant, tu sembles avoir les pieds sur terre et surtout en connaître assez sur les rôdeurs, vise la tête si tu peux c'est le meilleur moyen pour les éradiquer si tu ne le savais pas déjà, sinon les jambes, ça les ralentira. Si toutefois on peut se retenir de tirer et se contenter de passer sans les alerter ça nous évitera de nous coltiner une horde attirée par les échos de tirs. *Cameron me fixa une fois encore, et esquissa un sourire.* -T'en fais pas, si ce truc qui approche est bien constitué de morts vivants, sache qu'ils ont été attirés vers nous bien avant que tu use de ton flingue, je pense que le sang de la blonde a chatouillé leurs sens, d'ailleurs, temps qu'on reste avec elle on sera en danger, non seulement car sa blessure les attire encore mais aussi car elle va plus tarder à devenir l'une d'entre eux, le tout est de savoir ce qu'on fait d'elle ? *Elle arqua un sourcil et avança pour avoir une vue sur tout le monde.* -On y va, il doit y avoir un passage plus loin dans le tunnel pour remonter à la surface, il vaut mieux se dépêcher si on veut rester en vie.
- Ouais, bon, j'en sais assez sur cette peste, j'étais Flic en échange quand ça c'est produit, je suis resté ici et j'ai abandonné mes fonctions, mais j'ai conservé mes armes, Pour ce qui est de la Blonde, je crains qu'on ai pas le choix, il faut... *Dis-je l'air sûr de moi avant d'avoir peur que les autres passagers ne se mettent à hurler...* On doit s'occuper de ça avant tout... Mais comment ? Je pourrais opter pour une méthode plus silencieuse et moins douloureuse, mais sûrement pas ici... Y'a trop d'monde...Pour ce qui est de sortir, nous sommes sur la mauvaise ligne, les passages qui mènent vers l’extérieur, ils ont tous été condamnés et sont impraticable, il vas falloir tenter de remettre cette saloperie en marche si on veut avoir une chance de voir la lune … *Dis-je sans hésiter avant de de poursuivre mon chemin et passer devant tout les autres pour ouvrir la prochaine porte pour aller au prochain wagon*

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane Richland

avatar



Messages : 173
Date d'inscription : 23/02/2011
Localisation : France

Dossier du personnage
Age du personnage: 37 - née le 10.03.1976

MessageSujet: Re: Zone à risques - J. DeWitt, M. Richland & G. Ortega   Lun 24 Mar 2014 - 9:26

* La tension montait inexorablement dans le wagon. Morgane pouvait presque sentir de l'électricité crépiter autour d'elle. Cela lui arracha un frisson. La grande femme en noir s'approcha d'elle, se présenta et lui tendit une arme. Quelque part, cela soulagea Morgane. Autant la présence de cette femme que celle de l'arme dans sa main. *

- Merci * lui dit-elle avec gratitude. *

* La méfiance l'empêchait de se lâcher complètement avec ces inconnus mais elle présentait qu'elle aurait besoin d'eux et qu'elle ne devait pas les lâcher. La brune, Cameron, avait parlé de menace, mais Morgane n'avait pas repéré autre chose que la créature qui gisait au fond du wagon. Un nouveau frisson la secoua. Elle n'aimait pas ça du tout. Soupirant, elle serra la crosse du glock dans sa main pour se donner du courage. A côté d'elle, la prénommée Cameron poursuivit en s'adressant à Joshua. *

CAMERON : -T'en fais pas, si ce truc qui approche est bien constitué de morts vivants, sache qu'ils ont été attirés vers nous bien avant que tu use de ton flingue, je pense que le sang de la blonde a chatouillé leurs sens, d'ailleurs, temps qu'on reste avec elle on sera en danger, non seulement car sa blessure les attire encore mais aussi car elle va plus tarder à devenir l'une d'entre eux, le tout est de savoir ce qu'on fait d'elle ?

* Morgane ferma les yeux. La scène de la tour d'Umbrella lui revint parfaitement en mémoire. Sa petite fille gisant sur un lit d'hôpital, le teint gris, des plaies apparentes, et une férocité impressionnante. La fièvre qui la dévorait faisait briller ses yeux et de la sueur perlait sur son front. Morgane s'était approchée pendant qu'Olivier et son escouade surveillait les alentours. Le petit corps frémissant s'agitait en tendant les bras vers elle, seulement retenue par des sangles et des capteurs. Morgane savait qu'elle était condamnée et qu'en tant que mère, la finalité lui revenait. Elle qui avait donné la vie à sa fille devait également lui enlever pour éviter la souffrance et mettre fin à plus d'un an de malheur. *
* Morgane baissa la voix pour que seuls ses deux compagnons l'entendent. *

- On ne peut pas la garder, il faut...

* Le mot avait du mal à sortir. Elle revit les bras tendus, et le sien au bout duquel la détente reposait sur le front luisant de Sarah. La petite zombie ne comprenait pas ce qui se passait ni ce que sa mère s'apprêtait à faire. Avait-elle seulement reconnue celle qui l'avait mise au monde et s'apprêtait à l'en délivrer ? *
* Joshua la devança, lui évitant de dire ce qu'elle se bornait à refouler au fond d'elle. Le message ne laissait pas de place au doute. Les trois protagonistes semblaient d'accord sur la marche à suivre, et tant qu'à faire Morgane préférait ne pas avoir à réitérer ce geste traumatisant. *
* Joshua termina sa phrase et parti en direction des autres portes. Mais Morgane resta à côté de Cameron et lui dit à voix basse. *

- Nous sommes d'accord. Chaque blessé est une menace. On devait peut-être faire ça vite ici et la laisser dans le wagon, ce serait une sorte d'appât qui ralentirait les autres le temps que nous trouvions une sortie.

* Elle s'en voulu aussitôt. Quelle genre de personne était-elle pour décider de la vie ou de la mort d'un autre être humain ? Jamais elle n'aurait imaginé en arriver là quelques mois auparavant. Mes les choses étant ce qu'elles sont, Morgane avait radicalement changé. Pas au point de jouer les héroïnes intrépide, bien sûr, mais elle en arrivait à penser à des choses totalement inenvisageables avant. *
* Pendant ce temps, derrière elles, les gens commençaient à montrer des signes d'impatience. Certains se risquaient à l'extérieur en espérant pouvoir gagner la sortie. D'autres restaient prostrés dans les coins des wagons comme s'ils pouvaient se fondre dans la matière et rester invisibles. *
* Et soudain, sans que personne ne s'y attende, un coup de feu retentit. *
* Morgane tourna les talons. Etait-ce Joshua ? Ou quelqu'un d'autre ? Quelqu'un avait des problèmes... *
* Un grondement raisonna dans le tunnel. Les poils de Morgane se hérissèrent à l'unissons. Elle aurait reconnu entre mille ce son : une horde arrivait. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Zone à risques - J. DeWitt, M. Richland & G. Ortega   

Revenir en haut Aller en bas
 

Zone à risques - J. DeWitt, M. Richland & G. Ortega

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Installation d'un comite de gestion des risques pour l'Ouest
» Agriculture en zone urbaine face au deficit d'infrastructure
» La zone métropolitaine contribue à 90% à la recette fiscale
» Zone de stockage
» Les risques du pet leveling a egeha...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resident Evil RPG :: Raccoon City :: Les Rues de Raccoon City-