AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Le forum ouvre à nouveau ses portes. Bienvenue à tous dans cette nouvelle aventure pleine de nouveautés.

Partagez | .
 

 Drowning in Distrust [feat. T.Sigland et A.Kovolak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ

avatar



Messages : 39
Date d'inscription : 29/10/2010
Localisation : ...

MessageSujet: Drowning in Distrust [feat. T.Sigland et A.Kovolak]   Dim 31 Mar 2013 - 23:30

Centre ville de Raccoon City – 2 semaines après les évènements actuels – 12 : 45 AM

I got to keep on walking on the road to Zion, man
We gots to keeps it burning on the road to Zion, man

Clean and pure meditation without a doubt
Don't mek dem take you like who dem took out
Jah will be waiting there we a shout
Jah will be waiting there!
I got to keep on walking on the road to Zion, man
We gots to keeps it burning on the road to Zion, man


*Une journée très belle que ce Lundi malgré le vent qui soufflait à travers les arbres, un temps comme on aimerait en avoir plus souvent durant le début du printemps, un soleil radieux, pas d’humidité, bref John Wilkinson pouvait tranquillement lire son journal sur son banc habituel du Parc de Raccoon city. Il s’y était assis après une marche d’1/4 d’heure depuis le kiosque à journaux qui faisait l’angle de Central Street et d’Eude Street. Non loin de lui résonnait la voix éraillée d’un homme noir qui poussait un caddie arborant fièrement les couleurs de l’Ethiopie. En le regardant de plus près, ce dernier ne pouvait cacher ses longues « Dreadlocks » qui s’échappaient de sa capuche foncée. Prêtant légèrement l’oreille à ce qu’il chantait, le jeune banquier remarqua bien vite que c’était de l’argot Jamaïcain pour preuve le mot Jah qui représentait Dieu dans la culture « Rastafari ». John le regarda passer lentement devant lui puis posa finalement ses yeux sur la lecture locale qu’il venait d’acheter non sans un haussement de sourcils. Le premier article qui attira son attention fût bizarrement le petit encart qui annonçait les nouvelles mesures du Maire dont la côte de popularité commençait à baisser. Apparemment il était prévu une baisse des impôts locaux ainsi que de multiples investissements de l’administration dans les infrastructures dites de dernière génération en matière d’informatique mais aussi de pharmaceutique, de nouveaux investisseurs ayant émis le souhait de relancer le secteur dans cette ville. « Ce ne serait pas un luxe » pesta le jeune homme. C’était un euphémisme de dire que les ordinateurs de la mairie dataient d’une époque où l’on utilisait encore le lecteur de disquette massivement.

Cependant ce n’était pas cette information qui faisait la Une du « Raccoon Time », un mot en majuscules lui indiqua tout de suite de quoi il s’agissait : « GREESCA ». Ces sept lettres qui formaient un nom un peu barbare, pouvaient passer totalement inaperçues pour la plupart des gens qui ne s’intéressaient pas ou peu aux actualités internationales. Il fallait admettre que c’était le cas d’un grand nombre d’Américains mais cela ne l’était pas pour cet homme d’origine de Boston. Cet acronyme désignait un groupe de Bio-terroristes qui avait fait trembler le monde en mai 2012 lors d’un scandale en Turquie. La nouvelle avait fait le tour de la planète et les différents gouvernements avaient réaffirmé leur volonté sans faille de combattre le terrorisme sous toutes ces formes. Enfin ca c’était la version officielle. Officieusement dans les coulisses politiques beaucoup d’états s’étaient retrouvés complètement désarmés, à court d’arguments face à cette nouvelle nature d’attentat. Aux Etats Unis, cela avait engendré la création du FBC (Fédérale Commission du Bioterrorisme) qui avait pour but de combattre tout groupe qui utilisait des armes biologiques telles que des virus.

Avec les différents scandales qui avaient éclaboussé Umbrella Corporation, il n’était pas bizarre de penser que des ABO avaient fini dans les mains de groupes extrémistes, divisant ainsi les faisceaux de possibilités des menaces. Quoi qu’il en soit, cela avait été l’unique coup de force de GREESCA et au vue de ce qu’annonçait le journal local cela le serait à tout jamais. Ce groupuscule avait été anéanti par une intervention militaire et leur paquebot qui stagnait depuis un moment à une centaine de kilomètres de Wilmington, avait été ramené au port de la ville. Ensuite le journal ne s’étendait pas plus sur ce que les autorités avaient pu découvrir sur le bateau étant donné que ce dernier avait dû être bouclé pour inspection. Mais il ne fallait pas être dupe sur ce qu’ils avaient pu y trouver : des armes biologiques qui avaient été contenu dans ce navire de 92000 Tonnes pendant presqu’un an. On pouvait d’ailleurs se poser plusieurs questions qui ne trouveraient sans doute pas de réponses : Pourquoi avoir mis autant de temps pour intervenir sur le bateau des terroristes, au risque de subir un autre attentat ? Et qu’est ce qui a empêché les terroristes de frapper une nouvelle fois ? Pour sûr John n’était pas non plus un adepte de la théorie du complot mais il fallait admettre que tout ceci avait un arrière goût de manipulation gouvernementale. Il lâcha un bref soupire. « Enfin la bonne nouvelle c’est qu’ils ont été neutralisé ! » pensa le banquier avant de passer à la page deux. Les articles suivants étaient tous aussi imbuvables les uns que les autres, du coup il arriva rapidement aux faits divers le genre de section qui le faisait toujours un peu rire même si parfois c’était tout aussi effrayant que l’affaire GREESCA….*

Quartiers Est de Raccoon City – Le Bijou Noir – 16 Janvier 2013 – 08 : 40 PM

*Pas d’âmes qui vivent dans ce bar miteux de l’Est de la ville si ce n’est un homme imposant le crâne rasé qui discutait avec une jeune blonde plutôt mignonne. En même temps Michael avait choisi ce troquet parce qu’il avait une sale réputation contrairement à d’autres du centre ville comme le J’s. Ce lieu lui permettrait de rencontrer son contact sans qu’aucune personne ne vienne s’immiscer dans leur conversation ou ne s’intéresse de plus près à ce qu’ils étaient en train de s’entretenir. L’endroit parfait en somme. Discret et bien situé. Brennan avala une gorgée du breuvage que l’on lui avait servi quelques minutes plutôt puis afficha un bref rictus de dégoût. Il était clair que la boisson servie dans ce boui-boui pouvait aussi être un sacré argument pour faire fuir la clientèle. « Rien ne vaut un bon Bushmills » pensa l’ex-agent de la CIA tout en regardant le liquide ocre qu’il faisait tourner dans son verre. A côté de lui, résonnait les notes de Born To Be Wild de Steppenwolf, seul bon point de l’ambiance générale des lieux même si fallait admettre qu’à l’écoute des rifs de guitares, il était évident que le disque avait tourné largement plus d’une fois dans le jukebox.

D’ailleurs quel lieu de nos jours avait encore ce genre d’appareil, l’homme esquissa un sourire fugace, on ne pouvait trouver mieux pour un rendez-vous. Et alors que la musique touchait à sa fin, trois hommes dont le style vestimentaire tranchait clairement avec les occupants du bistrot, poussèrent la lourde porte d’entrée puis se dirigèrent vers Michael. Très vite ce dernier reconnût Laurence Clarks, le maire de la ville depuis 2011, une silhouette bedonnante dans un costume un peu trop serré pour elle, les cheveux grisonnants, un double menton proéminent, quelqu’un qui ne pouvait pas passé inaperçu quelque soit l’endroit où il se trouvait. Un air énervé vissé sur le visage, des gouttes de transpiration qui perlaient sur son front dégarni il s’assît devant l’homme qui l’avait contacté deux jours plus tôt.*

[Clarks] « J’espère que vous ne m’avez pas fait venir dans cet endroit miteux pour rien. »
[Brennan] « Ne vous inquiétez pas, la raison de votre venue vous intéressera tout particulièrement. Vous voulez boire quelque chose ? »
[Clarks] « Je n’ai pas soif. Montrez moi votre badge d’abord, un agent de la CIA sur Raccoon, ce n’est pas commun. » *rétorqua le maire sèchement.*

*Un hochement de tête puis Brennan s’exécuta posant sur la table un portefeuille avec ses anciennes accréditations de la CIA. Il était évident que son interlocuteur ne pouvait être au courant que l’ex-espion avait quitté l’agence gouvernementale en 1991. Enfin on l’avait plutôt aidé et son corps en portait encore les cicatrices. L’avantage étant que ses ex-employeurs devaient ignorer qu’il était encore vivant vu que le « Projet RedRock » avait été fermé par le directeur des Shadow Projects de l’époque, Richard Kerr et qu’il était considéré comme mort. Cela lui avait donné les coudés franches pour établir son plan de revanche et la phase 1 avait été un succès retentissant, l’attentat d’Ankara avait marqué le monde et réinstauré une peur du terrorisme des plus fortes au sein du monde politique. L’étape 2 était déjà bien entamée et l’entretien avec son actuel interlocuteur allait être déterminant pour la suite des opérations. Pour que tout se passe comme prévu, il allait falloir jouer la carte des évènements de 1998 qui avaient frappés la ville, nul doute que Laurence serait particulièrement attentif à cela.*

[Brennan] « Excusez les lieux de notre entrevue mais vous savez mieux que moi que nous devons être discret le plus possible surtout par les temps qui courent. »
[Clarks] « Arrêtez votre baratin ! Pourquoi la CIA intervient sur ma ville, la dernière intervention gouvernementale ici n’a pas été très appréciée si vous voyer de quoi j’parle. » *fît il tout en regardant aux alentours*
[Brennan] « Je comprend tout à fait. Récemment grâce à ECHELON 5, nous avons pu intercepter une conversation entre des membres influents du groupe Bio-terroristes « GREESCA » et il semblerait qu’ils préparent un attentat. »
[Clarks] « Où ca, sur Raccoon ? BullShit ! Qu’est ce qu’ils pourraient bien faire ici ? Cette ville a été totalement détruite, vous vous souvenez ? » lâcha-t-il en tapant légèrement du poing sur la table.*
[Brennan] « Qui ne le pourrait pas.. Quoi qu’il en soit nous ne savons pas s’ils comptent frapper sur Raccoon malgré tout ces terroristes ont été aperçus en train de charger des caisses près d’un entrepôt sur Spear Street au nord Ouest. Nous avons pu établir avec certitude que leurs chargements sont liés à leur activités bio-terroristes. » *répondît Michael tout en exposant plusieurs clichés aux yeux de son interlocuteur.
[Clarks] « Bio-terroristes ?? Vous voulez dire des saloperies de virus ? »
[Brennan] « En effet. » lâcha-t-il gravement.
[Clarks] « Bordel de merde… Et vous voulez que je fasse quoi ? Je ne suis que Maire, je ne dispose pas d’une armée. Pourquoi vous n’intervenez pas ? »
[Brennan] « Laurence, vous savez aussi bien que moi que si la CIA intervient sur le sol américain cela va déclencher une nouvelle guerre d’agences gouvernementales. »
[Clarks] « Mais j’en ai strictement rien à foutre, moi. » *Il se prit la tête entre les deux mains réalisant amèrement ce qui était en train de se préparer sur Raccoon.*

*Regardant le pauvre homme dépérir devant la nouvelle qu’il venait de lui annoncer, Brennan esquissa un bref sourire avant de remettre les photos dans le dossier de papier kraft qu’il avait apporté. Il était de temps de jouer la carte qui allait faire plier son interlocuteur. L’ex-agent de la CIA attrapa son verre de whisky puis le finît d’une traite avant de reprendre la parole sur un ton condescendant.*

[Brennan] « Nous avons obtenu des renseignements sur la position actuelle de leur paquebot cependant nous avons besoin de plus d’informations qui pourraient le confirmer, nous pourrons intervenir ensuite. » (Il marque une pause) « Ecoutez, ceci ne peut qu’être bénéfique pour votre cote de popularité. Si on apprend que grâce à vous un groupe de Bio-Terroristes Internationale a été démantelé, la population de Raccoon n’aura plus à se poser de question sur votre engagement pour cette ville. Vous voulez reproduire ce qu’a fait Warren, oui ou non ? »
[Clarks] « Bien sûr que non autant demander si Colin Powell veut retourner au conseil des nations Unies. Pfff… Que dois je faire ? » fît il sur un ton plein de lassitude, Laurence savait aussi qu’il n’était jamais très bon de collaborer avec la CIA.
[Brennan] « Pas grand-chose Monsieur Le Maire, nous allons continuer de les surveiller et lorsqu’ils feront une erreur, nous vous le signalerons. Vous n’aurez plus qu’à faire enquêter votre police locale ou les Stars. »
[Clarks] « Ca a l’air aussi facile qu’allumer la télé. » *rétorqua-t-il ironiquement alors qu’il était prêt à s’en aller de cet endroit minable
[Brennan] « Cela ne dépend que de vous, Laurence. »
[Clarks] « Ouais c’est ca.. Et la prochaine fois que vous voulez me voir, tâchez de trouver un endroit moins sinistre.. » *finit le maire avant de quitter les lieux…

*Michael leva son verre et fît un geste au barman lui indiquant qu’il en voulait un deuxième. Il était arrivé à ce qu’il voulait, le quarantenaire pouvait bien fêter ça de manière personnelle. Brennan n’était plus très loin d’atteindre son but, il avait orienté le maire où il voulait, il ne restait plus qu’à déclencher l’entrée en lice des flics de Raccoon et il pourrait apprécier le spectacle sur le paquebot… La vengeance est un plat qui se mange froid…, une expression qui le fît sourire alors que la dénommée Martha venait lui servir son deuxième Whisky…

Port de Wilmington – Quelques heures après la fin des évènements actuels – 01 : 32 AM

« Alors c’est comme ça que c’est sensé finir… » *lâcha Michael alors qu’il sentait le métal de l’arme qui était pointée sur lui. A genoux sur le sol légèrement humide du Port de Wilmington, les mains croisées sur la tête, l’homme semblait résolu sur son sort funeste. C’était peut être ça que l’on appelait l’ironie du sort ou alors n’avait il été depuis le départ qu’un pion joué par une Organisation peu scrupuleuse. D’ailleurs avec le recul, il fallait admettre qu’il avait été bien imprudent et naïf puisqu’il ne savait toujours rien sur ceux qui l’avaient sauvé et employé après son crash d’hélicoptère au Cameroun. Que des bribes, ici et là, ils lui avaient fourni les moyens pour ces différents projets, GREESCA, Ankara, le Queen Valkyria etc… On pouvait dire que cette mystérieuse multinationale savait donner toutes les ressources nécessaires aux personnes qui travaillaient pour elle notamment tout ce qui était virus et armes biologiques. Cette société restait dans l’ombre, discrète le plus possible sans doute pour mieux frapper ensuite lorsque les deux leaders de la pharmaceutique et de la biologie, Umbrella Corporation et Tricell, allaient s’écrouler..

L’invisibilité devait donc être un crédo, lorsque l’on ne sait pas vraiment pour qui l’on travaille, il est difficile de trahir.. « Au moins je suis arrivé à ce que je voulais.. » pensa-t-il alors que l’armement du percuteur lui donna un léger frisson. Avait-il vraiment atteint son but ? En tous cas Brennan le pensait même si quelque part il n’avait pu le vérifier. L’ex-agent de la CIA avait au moins récolté les données de combat des BOW T-Abyss, c’était déjà ça mais encore une fois le constat amer de son vulgaire sacrifice pour les intérêts d’une entreprise privée faisait froid dans le dos. Regardant les lumières du Port de Wilmington, il se disait qu’en fait ce n’était qu’un juste retour des choses puisque par le passé, le quarantenaire avait supprimé des pions de la même façon lorsque ces derniers avaient rempli leurs objectifs et qu’il ne pouvait leur laisser le luxe de vivre. La boucle était bouclée en quelque sorte.. Il sourît à ce constat alors que derrière lui, son bourreau restait bizarrement silencieux, que pouvait-il ou elle attendre ? Michael n’avait pas eu l’honneur de voir celui qui allait mettre fin à sa vie après tout quand on est si proche de la mort, était ce si important que ca ? Pas vraiment seulement l’agonie devenait vraiment longue et ce n’était pas les bruits aux alentours qui allaient le distraire de son exécution. Le terroriste soupira un court instant alors qu’il perçût un mouvement dans son dos, une voix grave sans détour..*

[ ???] « Très bien.. Et le corps… Entendu.. »

*C’était donc confirmé, il allait mourir sur les docks du port de Wilmington, une larme coula le long de sa joue puis il leva la tête vers le ciel sombre de la nuit et la faible lumière d’un maigre croissant de lune qui luttait contre quelques nuages. Michael Brennan prit une longue inspiration alors qu’il entendit un court instant le doigt de son exécuteur appuyer sur la queue de détente puis le coup partit, instantané, sans douleur.. Son corps s’affala sur l’asphalte froid puis une petite flaque de sang se forma au niveau de la tête, le visage figé, sans vie…

Commissariat de Raccoon City – 1er avril 2013 – 09 : 32 AM – Evénements actuels

[Franck] « Putain de merde !! Tu peux pas faire attention où tu vas Vinnie, bordel. » *La voix rocailleuse de Franck Davis raisonnait dans tout le couloir qui menait au bureau du RPD.

*Vinnie McKay aka « Tête d’œuf » à cause de son crâne constamment rasé ne l’avait pas raté en même temps. Trop concentré sur le dossier qu’il venait de recevoir, ce gaillard d’1 mètres 95 n’avait pas vu l’inspecteur Davis qui se pressait vers son bureau, un Donut’s et son café à la main. La collision fût inévitable, c’était un peu comme éviter un éléphant dans une bijouterie, si bien que la moitié du liquide noir atterrît sur la chemise blanche de l’homme le plus petit et la pâtisserie n’en avait plus que le nom. Passablement énervé, l’irlandais continua malgré tout son chemin puis atteignît son bureau. Ce dernier déposa ce qui restait de son déjeuner sur le mobilier en bois vermoulu puis ouvrit son journal, rituel habituel et obligatoire de cet homme vieillissant dont la carrière stagnait depuis maintenant 12 ans dans cette bonne vieille Raccoon. Il n’avait nullement l’intention d’y remédier de toute façon, le policier qui avait commencé au plus bas de l’échelle, avait fait son trou dans le commissariat de la ville, non sans quelques magouilles bien entendu. Comme beaucoup de ses collègues, le boulot avait fini par tuer son couple, Déborah ne supportant pas qu’il passe ses journées et nuits au travail. Avec le recul, le presque cinquantenaire se disait qu’il avait merdé sur toute la ligne et la suite n’était pas plus joyeuse. Francky avait sombré dans l’alcool et trouver du réconfort dans l’addiction des jeux si bien qu’il n’était pas rare qu’il fasse jouer son statut hiérarchique au sein de la police pour bénéficier de quelques grâces au sein du monde du jeu. Bien entendu personne n’était trop au courant de ses activités hors cadre, il savait se faire discret et se renseignait régulièrement sur les enquêtes en cours pour se prémunir d’un collègue trop curieux comme pour Lewis, récemment..

Cela n’avait pas arrangé les addictions de l’inspecteur notamment sur les combats clandestins qui étaient organisés dans le Nord de Raccoon. Lorsqu’il repensait aux pauvres malheureux qui étaient sacrifiés lors de ces pugilats, cela lui faisait froid dans le dos mais bon comme disait souvent le fameux « Bobby », Ce ne sont que des clochards, ils ne manqueront à personne ! ». Quelque part, ce New Yorkais de 60 ans tout juste n’avait pas tort mais la conscience de Davis enfin ce qui lui restait, ne lui permettait pas de venir aussi serein dans ce grand entrepôt souterrain qui était le plus souvent bondé le jeudi soir. Finissant ce qu’il restait de son gâteau, il passa rapidement sur les derniers faits divers qui faisaient état comme à l’accoutumée de choses insignifiantes lorsque soudainement Parks, jeune homme d’origine coréenne, tout juste nommé Sergent de Police, débarqua dans le bureau.*

[Parks] « Les nouvelles sont bonnes, Franky ? »
[Franck] « Toujours les mêmes conneries, j’sais même plus pourquoi je lis tous les jours ce foutu journal. C’est quoi qu’t’as là ? Les nouvelles enquêtes ? »
[Parks] « Tout juste ! Rien de bien intéressant non plus. » *Le jeune officier lui lança les différents dossiers à l’exception d’un qu’il garda sous le bras avant de vouloir quitter la pièce.*
[Franck] « Oh ! Minute Papillon, c’est quoi l’dossier sous ton bras, tu m’fais des cachotteries. »
[Parks] « Laisses tomber celle-là Francky ! La plupart des inspecteurs du RPD l’ont refusé, il paraît que ca pue la merde à 10 kilomètres. Ils ont mis des STARS sur le coup c’est pour te dire. »
[Franck] « Fais voir quand même. » *rétorqua-t-il tout en attrapant le dossier.

*L’inspecteur lût rapidement les éléments de début d’enquête, apparemment des corps calcinés avaient été retrouvé à la déchetterie de Filbert Street. Selon les premiers diagnostics des légistes, les victimes avaient subi de multiples morsures et fractures avant d’être brulées. Quelque chose de commun si on considérait que Raccoon city et ses alentours n’avaient pas été totalement décontaminés mais le lieu où ils avaient été retrouvé, ne pouvait qu’intéresser l e policier d’origine Irlandaise. « Putain, ils ont fait les cons.. » pensa-t-il en espérant se tromper alors que son collègue attendait une réponse.

[Parks] « Alors ? Ca t’interesse ? »
[Franck] « Ouais ca va changer un peu des enquêtes habituelles. »
[Parks] « Tu m’étonneras toujours Franky. Du coup il faut que t’ailles t’adresser au bureau d’un certain agent Sigland chez les Stars. C’est lui qui a pris le cas visiblement. »
[Franck] « Sigland ? C’est quoi c’foutu nom, j’espère qu’c’est pas un casse couille. »
[Parks] « Tu verras bien. Salut Frank. »

*L’inspecteur salua son collègue d’un geste de la main puis feuilleta le dossier un peu plus longuement. Pour l’instant rien n’indiquait que la piste remontait aux combats clandestins, il ne le fallait pas sinon Davis risquait de se faire épingler. Qu’importe, il sortit de son bureau puis se dirigea vers l’aile du commissariat où se trouvaient les Stars. Un petit arrêt devant l’accueil pour que l’on lui indique le bureau du Stars puis au bout de quelques minutes de marche à travers les couloirs vieillots, l’inspecteur y arriva finalement. Un jeune homme semblait déjà affairé sur l’enquête, le quarantenaire l’interrompît en frappant à la porte.*

[Franck] « Agent Sigland ? Inspecteur Davis, on m’a affecté à l’enquête des corps calcinés. J’peux me joindre à vous ? » *fît l’irlandais tout en attrapant une chaise…*

HJ : Pas forcément explicite au niveau des dates mais vous aurez compris que les évènements dits actuels seront ceux que l’on jouera, je préfère préciser même si c’est con^^ Copyright de Tuo pour le Titre^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tuomas Sigland

avatar



Messages : 305
Date d'inscription : 22/10/2010

Dossier du personnage
Age du personnage:

MessageSujet: Re: Drowning in Distrust [feat. T.Sigland et A.Kovolak]   Sam 6 Avr 2013 - 19:30

Commissariat de Raccoon City - 1er avril 2013

*Des résultats, toujours des résultats. Bien que loin d'être les premiers pour aller voter, les citoyens américains demandent toujours plus d'efficacité à leur fonction publique. Agissant comme les actionnaires qu'ils aiment détester, ils considèrent les impôts qu'ils payent comme des parts sociales et réclament pour dividende des résultats. Il est par exemple intolérable que l'insécurité soit autant élevé et que les taux d'élucidation des homicides soit aussi bas. C'est sans doute pour remédier à ça que des hommes tel que Tuomas Sigland sont embauchés dans la police.
Possesseur de nombreux prestigieux diplômes, d'une sagacité aiguisée et de l'orgueil qui a la fâcheuse tendance à en découler ainsi qu'un profile pas particulièrement altruiste, son intégration aux forces de l'ordre n'était pas évidente et difficilement justifiable autrement. Si au début ses intentions n’étaient pas vraiment bienveillantes, les choses avaient évolué. Il s'était surprit lui-même à lier des liens amicaux avec des collègues. Sacrément courageux pour des fonctionnaires, il fallait le reconnaitre. Toutefois, les liens étaient friables ; Tuomas n'était pas devenu un justicier défenseur de la veuve et de l'orphelin, sa nature demeurait.*
*L'idée à la base de la formation des S.T.A.R.S était de combiné les compétences militaire et d'expert en différent domaine. Les premiers étaient bien plus nombreux que les seconds, c'était donc tout naturellement qu'une enquête que ne voulait pas les inspecteurs du RPD fut laissé au finlandais. Il avait commencé la lecture du dossier aussitôt qu'il s'était assis derrière son bureau. Les photographies de corps calcinés étaient impressionnante mais ce fut le mot "morsure" qui attirait le plus son attention. Il passait en revu dans sa tête les situations qui pouvaient mener à ça. Il y en avait beaucoup tant que le légiste n'était pas plus précis sur les circonstances de la mort. Le feu est-il l'arme du crime de la première mort, de la seconde ou juste un moyen de faire disparaitre le corps ? Cela pourrait n'être qu'un STARS qui a brûlé les corps pour éviter d'avoir à faire à des Crimson Head, dans lequel cas l'affaire serait vite bouclé. Mais le fait que les corps aient été retrouvé à la déchetterie ne collait pas vraiment à cette théorie.

Il fut interrompu dans sa réflexion par quelqu'un frappant à la porte. -Agent Sigland ? Inspecteur Davis, on m’a affecté à l’enquête des corps calcinés. J’peux me joindre à vous ? fit le policier en entrant et en prenant une chaise. Ses cheveux grisonnant trahissaient un âge avancé et son accent une origine irlandaise. Et sans doute que sa façon de faire comme chez lui sans qu'on l'y invite confirme ce dernier point. McNulty fait pareil... Tuomas fut décontenancé un court instant, il s'attendait à être en équipe avec un STARS, mais sans doute qu'un inspecteur d'expérience valait mieux après tout. -C'est moi en effet. J'allais justement descendre voir le légiste pour obtenir plus de détail, avant d'aller faire un tour du côté de Filbert Street. On ne sera pas trop de deux.*

Sous-sol du commissariat de Raccoon City - 09 : 54 AM - 1er avril 2013

*Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent en coulissant sur le couloir qui mène à la morgue. La plante verte posée à mi-chemin ne suffisait pas à insuffler de la vie au mur blanc morne et au sol gris foncé de la coursive. Dès qu'ils pénétrèrent dans la pièce médico-légale, le légiste, Dr G. Dodson, un homme encore plus âgé que Davis, et son assistant les accueillirent. -Nous sommes sur l'affaire des corps brûlés, il y a du nouveau ? demanda le STARS sans prendre la peine de se présenter, il savait qui il était et ça devait être pareil pour son camarade. Le médecin les invita à le suivre jusqu'au fond de la pièce. Ils dépassèrent plusieurs cadavres gisant sur des tables d'autopsie, le finlandais dévisagea chacun d'entre eux, des hommes, des femmes et un tellement en mauvais état qu'il était difficile de se prononcer sur son sexe.
-Oui j'ai beaucoup de travail, vous avez de la chance que j'ai commencé par les vôtres. lança Dodson ayant remarqué la curiosité de Tuomas. Ce dernier reconnut les cas qui le concerné aisément, des formes humanoïdes plus proche du tas de cendre que de l'humain.

[Dodson]-Alors, quatre corps, tous de sexe masculin. Brûlés au quatrième degrés. De multiple fractures et lésions internes mais impossible de dire comment elles ont été provoqué, il y a même des morsures...
[Sigland]-Est ce qu'il y a des balles ? l'interrompit il.
[Dodson]-Non aucune
[Sigland]-S'étaient-ils transformés en zombies avant de brûler ?
[Dodson]-Non, la chaire qui a brûlé était saine. Même si tout porte à croire qu'ils étaient mal nourrit et qu'ils ne sont pas allé chez un dentiste ou chez un autre praticien depuis des années.
[Sigland]-Des sans-abris donc ...
[Dodson]-Possible, mais pas forcément. Avec la conjecture actuelle, pas besoin d'être sans abris pour avoir des problèmes pour se nourrir et se soigner correctement.

*Le finlandais acquiesça d'un hochement de la tête. Il a raison pas de conclusion hâtive.*

[Dodson]-Je vous préviens quand j'ai du nouveau. J'peux pas faire attendre les autres affaires sans la moindre information.
*Et si Davis n'a pas de question ou de remarque, Tuomas se tourna vers la sortie.*
[Sigland]-Je comprends, on va aller jeter un œil là où les corps on était retrouvé en attendant. Bon courage.

*Il quitta la morgue après avoir fait un signe de la main. Il fallait mieux être dans les petits papiers des légistes sinon ils pouvaient faire de votre vie un enfer. Toute façon, il n'y avait pas vraiment de raison de s'embrouiller avec celui-ci, c'était un homme compétant et sociable.*

Filbert Street - Raccoon City - 10 : 37 AM - 1er avril 2013

*Ils n'eurent pas trop de mal à se garer. En effet, les voitures ne restaient que le temps que leur propriétaire ait réalisé que la déchetterie était fermée. D'ailleurs la plupart d'entre eux ne prenaient pas la peine de repartir avec ce qu'ils étaient venus jeter. Ainsi Tuomas et Franck durent zigzaguer entre des frigidaires usagés, des vieux canapés, une commode fendue en deux et un lave-linge couvert de calcaire avant d'entrer dans la déchetterie.*

[HRP : Cela fait étrange que Franck ne dise rien, donc si tu as des répliques à caser James n'hésite pas. S'il y a des choses à changer, n'hésite pas non plus d'ailleurs]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Drowning in Distrust [feat. T.Sigland et A.Kovolak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung
» Words drifting in the wind ... (feat. Rafael Alvarez)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resident Evil RPG :: Les sections spéciales :: Le Commissariat De Police-